Ian GILLAN Naked Thunder

  

En ce 16 juillet de 1990, était publié le réconfortant NAKED THUNDER.

Adolescent, en 85-87, je découvrais DP avec MADE IN JAPAN et BURN ! A l’époque, on considérait les Live comme des Best Of et BURN était présenté comme le meilleur album hors Mk II ! Alors, je pensais, à tort, qu’en usant le MIJ et BURN sur ma platine, j’avais l’essentiel de DP. Faute de thunes et avide de découvertes musicales, j’investissais alors dans d’autres groupes, délaissant donc la discographie Pourpre.

Puis en 90, en tombant sur les clips de NO GOOD LUCK, mais aussi de KING OF DREAMS, sorti la même année, je succombais aux charismes de la musique et des acteurs, que je découvrais au final pour la première fois en visuel ! Et oui, à l’époque avoir des images de concerts des groupes de Hard Rock à la télé française était une denrée rare et tout le monde n’avait pas de magnétoscopes pour les enregistrer quand la télé diffusait ces quelques clips fantômes dans la nuit ! Second coup de foudre donc ! Depuis ce jour, je ne pus me débarrasser de la Drogue Pourpre ! Intoxiqué à vie jusqu’à la mort !

Toute la classe visuelle et vocale de Gillan est dans ce clip ! Magique ! Mais l’album contient d’autres perles ! Son album solo qui pour moi, colle le plus à sa période 1978-82 (le bulldozer LOVE GUN et ses touches de guitares très Van Halienne ou à la Steve Vai) et à … THE BATTLE RAGES ON.
TALKING TO YOU me rappelle d’ailleurs LICK IT UP en nettement plus inspiré. Tout n’est que délices ici : l’opener punchy GUT REACTION, le fm enjoué et hypnotique NOTHING BUT THE BEST, le tendre hard fm SWEET LOLITA, le très Aerosmith NOTHING TO LOSE avec ses cuivres décontractés qui rappelle aussi le Gillan-Glover ACCIDENTULLY ON PURPOSE, ou encore un LONG AND LONELY RIDE dont le refrain ne vous quittera pas de votre cerveau malade ! Seul les claviers sur ce titre ont peut-être mal vieilli et pourraient éventuellement être remplacés par des cuivres !?
Peu importe ! Cet album n’est que pur bien-être ! Totalement enjoué, on est relax à son écoute ! Même MOONSHINE viendra nous percuter avec grâce par son groove rock à billy bien années 50 … Le peu valorisé guitariste Steve Morris (et non Morse) illumine tout l’ensemble avec des riffs et solos inspirés comme jamais : du grand art !! … Et que dire de la sous-estimée classieuse ballade et frissonnante LOVING ON BORROWED TIME ? On ne pouvait que finir par la grâce avec cette reprise NO MORE CANE ON THE BRAZOS ! … Au départ, ça pique un peu ! Cette ballade quasi a capella, entre country, folk, gospel et chant indien, semble hors contexte, hors du temps, et j’avoue, est loin de me séduire au premier abord. Puis au final, on se laisse imprégner par cette cool attitude de cet opus, cet harmonica et tout simplement par cette classe Gillanienne ! Quelle voix ! A écouter au casque !

”La voix est d’or” lisait-on à l’époque dans la chronique d’un HARD FORCE (Christian Lamet Henry Dumatray) ou d’un Hard Rock Magazine ! (Lageat Phil Jean-Pierre Sabouret) (Problème de mémoire et de cartons trop bien rangés au grenier), j’opte pour le premier)
Gillan joue ici entre le Pourpre et le hard-fm de l’époque sans aller dans le graveleux du genre et en mettant une grande claque, affectueuse caresse plutôt, à tous les grands du style. Jusqu’à sa pochette, cet album émane une certaine aisance, une décontraction dans la perfection, de la sérénité en somme … tout simplement la classe !

Parce que ce clip touche trop à des émotions et souvenirs profonds en moi, je ne peux m’empêcher de vous le diffuser ! Gillan = RIEN QUE LE MEILLEUR !

 

Venez en parler sur la page facebook ICI

” Belle chronique 😉 … Faudra que j’écoute un jour ses albums en dehors de DP ;)” Serge Jouantho
” Merciiiiii ! 🙂 ” Franck AF LMDL

B-sides and outtakes
  1. “Rock N’ Roll Girls”
  2. “Hole in My Vest”