BLACKMORE’s NIGHT Shadow Of The Moon

Grosse ”demi-surprise” quand en l’An 1997, Ritchie BLACKMORE lance cette nouvelle entité, sa troisième après DEEP PURPLE et RAINBOW. Celle-ci est axée cette fois, sur l’univers médiéval et donc une musique principalement folk. Le terrible Ritchie qui faisait exploser des ampli, met quasiment aux oubliettes sa Fender, pour se transformer en troubadour Richard, cœur de griffons. Coeur ? Oui parce que le chevalier propose sa muse à la place des grands chanteurs avec qui il a oeuvré jusque là. La douce Candice nous offrira une voix des plus … douces ! (merci mes vassaux, on m’applaudit bien fort!) … loin donc du côté hard-rock, blues & soul de ses prédécesseurs. Choix vocal un peu étonnant quand on connait la légende d’Excalibur (épée => rocher => rock ! Tu vois le truc ? Non ? Ben va voir un druide, il t’expliquera mais ne goûte pas à tout ce qu’il pourrait te proposer hein ?;) ) Demi-surprise ? Car on connaissait déjà sa passion pour la musique médiévale, déjà présente dans les partitions précédentes, que ce soit dans ses solos ou carrément dans des compositions ou reprises qui laissaient peu de place au doute quant à […]

WHITESNAKE Ready An’Willing

Il y a des pochettes qui reflète bien la musique. A la fois simple, directe mais gardant un zeste de mystères suffisant pour attiser la curiosité. Ne dévoilant qu’une partie des visages, tel un joli décolleté, on désire y découvrir ses secrets,  voir quelles douceurs peuvent bien s’y cacher dessous. Cette métaphore n’est pas choisie par hasard tant la musique de ce serpent là est érogène. Les musiciens se font ardents en mettant notamment en avant la basse – un comble quand on a deux guitaristes, un claviériste et un chanteur de ce niveau. C’est dire l’espièglerie qui règne ici. En effet, cet instrument vient d abord vous inviter, puis vous charme à entrer dans ce repère un peu sombre qui vous noue la gorge. Puis mise en confiance, elle vous susurre de vous abandonner aux délices du streap-tease. Car tout dans ce disque est sensualité et vous appelle au bien-être, à casser vos chaînes, à la coquinerie au bon sens du terme. La musique se fait tour à tour swing, boogie, bluesy, esprit cabaret monté clandestinement derrière un vieux garage, et transpire l’érotisme comme sous une chaleur tropicale.  Madame ? Vous résistez ? Vous […]

NIKOLO KOTZEV’s NOSTRADAMUS avec G.Hughes + JL Turner + Doogie White

NOSTRADAMUS l’avait probablement prévu : le 21e siècle sera l’apogée des opéra métal. Si quelques années plus tôt, AYREON et THERION s’y sont lancés, l’engouement pour l’exercice prendra son véritable essor avec le AVANTASIA de Tobias SAMMET. Dans le même laps de temps, Nikolo KOTZEV va réaliser son oeuvre et quelle oeuvre !! Auparavant, dans le cadre de son groupe BRAZEN ABBOT, il aura pris l’habitude de faire appel à 3 chanteurs différents pour chacun de ses albums très influencés par RAINBOW. Viendront pousser le gosier tour a tour, Thomas VIKSTROM (CANDLEMASS, THERION) Goran EDMAN (MALMSTEEN) Jorn LANDE (ARK, MASTERPLAN MILLENIUM) Tony HARNELL (TNT), Glenn HUGHES et le fidèle Joe Lynn TURNER qui sera présent sur chacun des opus. Alors, c’est un peu naturellement que ce projet verra le jour avec cette fois Doogie WHITE (RAINBOW), JORN, nos deux pourpres, et des oubliées ou sous-estimées chanteuses Alannah MYLES & Sass JORDAN. Le duo rythmique et le claviériste d’EUROPE accompagnent le guitariste. Du beau monde donc, qui conte l’histoire du plus célèbre des voyants, interprété par Joe Lynn et qui fut aussi conseiller de la cour d’Henri II, interprété évidemment par The Voice, et qui devra […]

RAINBOW Rising

16 mai 2010 Décès de Ronnie James DIO L’initiateur du signe des horns \m/, signe de bienveillance, Ronnie James Dio partait attraper et chevaucher l’arc-en-ciel dans l’obscurité froide, en nous laissant en souvenir sa voix d’or. Beau cadeau ! Il nous restera à jamais sa Lueur Dans Le Noir ! Repose en paix … 16 mai 1976 RAINBOW Rising Ce même jour, le lutin à la voix de géant céleste voyait dans les bacs cet album à la sublime pochette contenant l’épique et magistral Stargazer ! Il est clair que Ronnie repose au milieu des étoiles. Après toutes ces décennies, cette pochette me fascinera toujours autant … Et que dire de cet hymne épique qu’est Stargazer ? Un bijou oriental, un chef d’œuvre musical ! … Ritchie BLACKMORE et Ronnie James DIO propulsés par de nouveaux musiciens dont un Cozy POWELL en feu et les solides Jimmy BAIN et Tony CAREY, ont atteint là leur summum, et on peut dire LE summum. On pourrait écrire une chronique rien que ce monument tant on est capturé du début à la fin. Qui n’a pas frissonné sur ce classique ? Quelle intensité ! Déjà surnaturel, l’incroyable est […]

WHITESNAKE The Purple Album

En ce 15 mai 2015, le SERPENT BLANC a envie de se replonger à l’époque où il avait une peau de bébé, une peau plus rose. En effet, en 2010, Jon Lord a des envies de réunir tous les membres de DP. Sait-il qu’il est malade pour désirer ce genre de choses comme s’il voulait célébrer sa carrière et partir en ayant essayer de rabibocher tout le monde ? Après quelques sondages internes, il se rend compte que son souhait est utopique. Il se rabat alors sur l’idée d’une reformation de la Mk III, même si Paice tourne avec la Mk VIII. A ce moment-là, Gillan n’est pas au mieux depuis plusieurs mois et on pense que c’est bientôt la fin de DP sous cette version. La situation et l’envie de revanche de Hughes en fait un partant certain. Coverdale n’est pas fermé à l’idée bien qu’enlacé par son serpent. Reste donc le plus compliqué en apparence à convaincre : Maitre Ritchie sur sa tour perchée. Or, Lord est resté plutôt en bon terme avec le ténébreux guitariste avec qui il entretient des rapports respectueux réciproques. Des rumeurs se font donc de plus en plus […]

GLENN HUGHES L.A. Blues Authority volume II

1992 sera l’année de la renaissance pour le bassiste-chanteur. 15 ans après son premier et dernier album solo Play Me Out et des participations dans divers projets de qualité et pas des moindres, mais hélas non abouties faute à Dame Cocaïne qui l’empoisonne depuis ses années Purplienne, l’heure a sonné, non pas de rejoindre Dame La Faux qui l’a pourtant invité plus d’une fois, mais de rejoindre le monde de la musique. Jugez plutôt des carrières gâchées dans HUGHES/THRALL, PHENOMENA, Gary MOORE, BLACK SABBATH,… Si certains ont su se prémunir de ces artifices dangereux, tous n’échappent pas à ces poisons : Tommy BOLIN y succombera, quand au mieux, cela aura nuit à la santé et aux relations des Toni IOMMI, OZZY, … la liste est longue. Heureusement, le point de non retour n’a pas été atteint et la vie nous a fait profiter de ce talent exceptionnel. En 1991, il sera invité à chanter un titre pour la compilation tribute L.A Blues Authority I. Séduit et sentant l’icône revigoré sainement, Mike VARNEY, lui propose d’enchainer un L.A Blues Authority II. Je ne sais si c’est le producteur ou le chanteur qui a proposé de faire […]

BLACKMORE’s NIGHT Nature’s Light

Mine de rien, Sir Ritchie nous délivre avec sa fée clochette son onzième chapitre sur la vie de troubadours. Alors je serai rapide tel un hors-bord qui doublerait un voilier. S’agissant des compositions médiévales, celles-ci ne satisferont que les adeptes inconditionnels du genre et du duo. Car elles sont loin de rivaliser avec celles des premiers albums. Fades, pompeuses, déjà entendues avec le risque de plus en plus grand de comparaison avec Chantal GOYA et ses chansons pour enfants en bas âge ! Honnêtement, j’ai du faire preuve de patience jusqu’au solo pour savoir ce que l’ex guitariste de DEEP PURPLE et de RAINBOW pouvait encore nous jouer de ses doigts qui restent eux, encore magiques. Mais ce fut peine perdue. D’ailleurs, il nous présente une reprise de Wish You Were Here qu figurait sur le premier album Shadow Of The Moon, comme pour nous dire ”Allez plutôt écouter cet album”. Et là je serais entièrement d’accord avec lui. Mais ce premier chapitre date de 1997 ! C’est loin ! La présence d’un second CD-compilation n’est peut-être pas un hasard pour faire passer la gabelle à l’auditeur. Même si il lui est arrivé de s’auto-plagier, […]

WHITESNAKE Come An’ Get It – pochette

Explication par son auteur du design de la pochette, Malcom HORTON. (cliquer sur le lien pour lire la version anglaise) Traduction google + Faf ” Tout a commencé début janvier 1981 lorsque j’ai reçu un appel d’un vieil ami du monde de la musique, John Ward, alias Magnet. J’ai rencontré Magnet au début des années 70 alors qu’il travaillait avec Led Zeppelin à l’époque où j’étais connecté à Black Sabbath. Magnet travaillait maintenant en tant que directeur de la route avec Whitesnake qui était dans les dernières étapes de l’enregistrement d’un nouvel album. Il a expliqué que le groupe n’aimait aucune des idées de pochette d’album que EMI, leur maison de disques avait proposées et il a donc suggéré de m’impliquer. Le groupe a accepté et on m’a donc demandé d’aller les rencontrer et de trouver des idées. Magnet m’a dit que l’album devait s’appeler “Come an ‘get it” et m’a dit que le chanteur de Whitesnake, David Coverdale, avait toujours voulu un serpent blanc sur la couverture. Ce week-end, je m’y suis consacré et j’ai trouvé quelques croquis préliminaires basés sur l’idée de la tentation, de la séduction, d’Adam et Eve avec la pomme. […]

THE DEAD DAISIES Holy Ground avec Glenn HUGHES

Déjà en janvier et probablement un des albums de l’année ! Autant le dire, je connaissais peu le groupe, le considérant comme une très bonne formation de Classic Hard Rock de plus. L’arrivée de The Voice of Rock a évidemment de suite pointer ma boussole sur ce pré là ! Je ne rentrerai donc pas dans le jeu des comparaisons, du c’était mieux avant ou pas avec John CORABI. Tout comme pour les Mark de DP, c’est en quelque sorte un autre groupe, voilà tout ! Il est d’ailleurs même amusant que l’esprit du carrousel qui a créé DEEP PURPLE, soit repris ici par David LOWY, à savoir le concept de changer régulièrement de musiciens afin de renouveler la créativité. Déjà plus de 19 membres sont venus cueillir les fleurs pour la réalisation de 5 bouquets ”seulement”, sans compter les nombreux invités. Ceux qui craignent donc une implosion avec l’arrivée de Glenn HUGHES devraient se rassurer en acceptant ce concept et aussi du fait que Doug ALDRICH qui a tourné avec le chanteur-bassiste (cf report), a validé sa venue, ce qui fait que les réputations demeurent souvent plus fortes que la réalité auprès de certains. […]

Joe SATRIANI Shapeshifting

En voilà un qui enquille les étoiles comme d’autres les perles! Joe SATRIANI alias le Satch, 64 ans, revient avec une nouvelle pépite baptisée “Shape shifting“. On ne donnait pas cher du guitar-hero après ses débuts tonitruants du milieu des années 80 : encore un qui allait vite boire la tasse; trop de notes; des instrumentaux qui lasseraient vite… Et pourtant! Il a réussi à passer l’écueil du chant, même s’il s’y est risqué sur quelques titres par le passé, pour ne se concentrer que sur sa zike et il a eu raison. Album après album, le divin chauve fait preuve d’une prolifique créativité et sait se renouveler en permanence sans jamais tomber dans l’auto-plagiat. Une prouesse dans le genre! “What happens next” son précédent disque (2018) était génial. “Shape shifting” est exceptionnel et lui est même supérieur, même s’il me semble moins rugueux ! Impossible de ne pas reconnaître le maître dès les premières notes du titre éponyme qui ouvre la galette. Morceau carré et irrésistible pour qui aime le guitariste. Mais passé ce premier titre, mister Joe va imperceptiblement nous entraîner vers des horizons multiples et variés rendant ce disque absolument superbe entre […]