Jon LORD Windows avec David Coverdale et Glenn Hughes

Autant être honnête, ma faible culture en musique classique ne m’invite pas à vous proposer une chronique. Il en sera de même pour les autres projets de ce type de Jon LORD. Si l’un.e d’entre vous se sent l’envie de les chroniquer et nous initier au classique, vos écrits sont les bienvenus. Par contre si j’évoque ce live enregistré le 1er juin 1974, c’est principalement pour la présence de HUGHES et COVERDALE, et aussi du futur partenaire de PAICE et LORD, Tony ASHTON. Ce dernier viendra former le A de P.A.L pour un unique album qui révèlera l’imposture de ce duo pourpre vis a vis du disque Stormbringer et donc ”innocentant” Glenn HUGHES. J’en parle aussi dans le livre. J’avoue aussi que je n’ai pas l’album et que je l’ai peu écouté sur le net. Je vous joins juste ici les deux extraits vidéo dans lequel le trio de chanteur est à l’oeuvre. On peut s’imprégner de l’excellence vocale des remplaçants de GILLAN et GLOVER, chacun dans son registre si particulier et si complémentaire. Si COVERDALE est exquis, la finesse de HUGHES et sa mélodie vocale sont remarquables. Enjoy ! PS : Il est dommage […]

WHITESNAKE Snakebite

Juin 1978, jour  de sortie inconnu, Snakebite est un EP qui fait suite aux deux albums solo de David COVERDALE, qui essaie de trouver son chemin dans le blues, en nous priant, par un Come On explicite, de le rejoindre sur ce qui va devenir WHITESNAKE ! Le sympathique boogie Bloody Mary appuie cet élan, mais reste encore gentillet par rapport à ce qui va suivre. On surfe pour l’instant entre du FREE en plus rock et du Rory GALLAGHER ou du THIN LIZZY. Cet EP sera réédité en format vinyle 33t dans lequel sera rajouté des titres de ses albums solos précédents. Come On et la reprise Ain’t No Love In The Heart Of The City figurant sur le live d’anthologie à venir, aussi, ce disque si il a le mérite de présenter la nouvelle orientation et la nouvelle équipe avec un Bernie MARDSEN lumineux, ne s’adressera qu’aux collectionneurs. Venez nous éclairer sur ce disque sur sa page facebook consacrée Side A Bloody Mary (Coverdale) Steal Away (Coverdale, Micky Moody, Marsden, Neil Murray, Peter Solley, Dave Dowle) Side B Ain’t No Love in the Heart of the City (Michael Price, Dan Walsh) Come On […]

WHITESNAKE Ready An’Willing

Il y a des pochettes qui reflète bien la musique. A la fois simple, directe mais gardant un zeste de mystères suffisant pour attiser la curiosité. Ne dévoilant qu’une partie des visages, tel un joli décolleté, on désire y découvrir ses secrets,  voir quelles douceurs peuvent bien s’y cacher dessous. Cette métaphore n’est pas choisie par hasard tant la musique de ce serpent là est érogène. Les musiciens se font ardents en mettant notamment en avant la basse – un comble quand on a deux guitaristes, un claviériste et un chanteur de ce niveau. C’est dire l’espièglerie qui règne ici. En effet, cet instrument vient d abord vous inviter, puis vous charme à entrer dans ce repère un peu sombre qui vous noue la gorge. Puis mise en confiance, elle vous susurre de vous abandonner aux délices du streap-tease. Car tout dans ce disque est sensualité et vous appelle au bien-être, à casser vos chaînes, à la coquinerie au bon sens du terme. La musique se fait tour à tour swing, boogie, bluesy, esprit cabaret monté clandestinement derrière un vieux garage, et transpire l’érotisme comme sous une chaleur tropicale.  Madame ? Vous résistez ? Vous […]

NIKOLO KOTZEV’s NOSTRADAMUS avec G.Hughes + JL Turner + Doogie White

NOSTRADAMUS l’avait probablement prévu : le 21e siècle sera l’apogée des opéra métal. Si quelques années plus tôt, AYREON et THERION s’y sont lancés, l’engouement pour l’exercice prendra son véritable essor avec le AVANTASIA de Tobias SAMMET. Dans le même laps de temps, Nikolo KOTZEV va réaliser son oeuvre et quelle oeuvre !! Auparavant, dans le cadre de son groupe BRAZEN ABBOT, il aura pris l’habitude de faire appel à 3 chanteurs différents pour chacun de ses albums très influencés par RAINBOW. Viendront pousser le gosier tour a tour, Thomas VIKSTROM (CANDLEMASS, THERION) Goran EDMAN (MALMSTEEN) Jorn LANDE (ARK, MASTERPLAN MILLENIUM) Tony HARNELL (TNT), Glenn HUGHES et le fidèle Joe Lynn TURNER qui sera présent sur chacun des opus. Alors, c’est un peu naturellement que ce projet verra le jour avec cette fois Doogie WHITE (RAINBOW), JORN et nos deux pourpres, et des oubliées ou sous-estimées chanteuses Alannah MYLES & Sass JORDAN. Le duo rythmique et le claviériste d’EUROPE accompagnent le guitariste. Du beau monde donc, qui conte l’histoire du plus célèbre des voyants, interprété par Joe et qui fut aussi conseiller de la cour d’Henri II, interprété évidemment par The Voice, et qui devra […]

RAINBOW Rising

16 mai 2010 Décès de Ronnie James DIO L’initiateur du signe des horns \m/ Ronnie James Dio partait attraper et chevaucher l’arc-en-ciel dans l’obscurité froide en nous laissant en souvenir sa voix d’or. Beau cadeau ! Il restera cette Lueur Dans Le Noir ! Repose en paix … 16 mai 1976 RAINBOW Rising Ce même jour, le lutin à la voix de géant céleste voyait dans les bacs cet album à la sublime pochette contenant l’épique et magistral Stargazer ! Il est clair que Ronnie repose au milieu des étoiles. Après toutes ces décennies, cette pochette me fascinera toujours autant … Et que dire de cet hymne épique qu’est Stargazer ? Un bijou oriental, un chef d’œuvre musical ! … Ritchie BLACKMORE et Ronnie James DIO propulsés par de nouveaux musiciens dont un Cozy POWELL en feu et les solides Jimmy BAIN et Tony CAREY, ont atteint là leur summum, et on peut dire LE summum. Déjà surnaturel, l’incroyable est qu’ils arriveront à faire aussi bien sur l’album suivant Long Live Rock N’Roll. On en reparlera. Evidemment ce monument est bien enlacé par les Tarot Woman, Run With The Wolf, le dansant Startruck ou un […]

WHITESNAKE The Purple Album

En ce 15 mai 2015, le SERPENT BLANC a envie de se replonger à l’époque où il avait une peau de bébé, une peau plus rose. En effet, en 2010, Jon Lord a des envies de réunir tous les membres de DP. Sait-il qu’il est malade pour désirer ce genre de choses comme s’il voulait célébrer sa carrière et partir en ayant essayer de rabibocher tout le monde ? Après quelques sondages internes, il se rend compte que son souhait est utopique. Il se rabat alors sur l’idée d’une reformation de la Mk III, même si Paice tourne avec la Mk VIII. A ce moment-là, Gillan n’est pas au mieux depuis plusieurs mois et on pense que c’est bientôt la fin de DP sous cette version. La situation et l’envie de revanche de Hughes en fait un partant certain. Coverdale n’est pas fermé à l’idée bien qu’enlacé par son serpent. Reste donc le plus compliqué en apparence à convaincre : Maitre Ritchie sur sa tour perchée. Or, Lord est resté plutôt en bon terme avec le ténébreux guitariste avec qui il entretient des rapports respectueux réciproques. Des rumeurs se font donc de plus en plus […]

SUNSTORM Edge Of Tomorrow (avec Joe Lynn Turner)

FRONTIERS sort en 2016 un cinquième SUNSTORM. Donc comme d’habitude, on a droit aux mélodies imparables, les refrains accrocheurs et la ballade à l’oignon. On ne reviendra pas sur les côtés négatifs des productions standardisées du label italien, que confirment le nom des chansons dans l’absence d’originalité du propos. Les côtés positifs sont surtout à chercher auprès du chanteur, Joe Lynn TURNER, que près de 40 ans de carrière nous dispense de présenter, et du guitariste, Simone MULARINO du groupe prog DGM. Ce dernier nous propose de bien beaux solos aux mélodies imparables, notamment sur Don’t Walk Away From A Goodbye – dommage, c’est le titre le plus gnagna de l’album – mais aussi sur Edge of Tomorrow qui vient compléter son refrain ” must ”, et tout le long du disque. Le guitariste a un jeu très proche du japonais Akira KAJIYAMA qui eut œuvré déjà pour JLT, un jeu entre Ritchie BLACKMORE et Neil SCHON. Votre serviteur ayant une grosse préférence pour ce style de guitariste qui sait faire respirer les notes, se régalera donc tout le long de l’album sur ses interventions. Le chanteur, quant à lui a toujours cette voix au-dessus […]

WHITESNAKE Flesh & Blood

 Tout comme les textes de Coverdale, soyons franc ! C’est du tout bon ! Du Sang bleu ! … … enfin, quand on dit c’est du tout bon, tout dépend si vous êtes un adepte de la période 78-84 (Slide It In version UK) ou de l’après 1984 (Slide It In version US) ! Les premiers seront probablement ravis ; les seconds, un peu moins, surtout si à l’instar de DP avec Gillan, ils s’attendent à entendre une voix de jeunesse. En somme, cet album est le parfait milieu des 2 époques : légèrement plus heavy que la première et beaucoup plus bluesy que la seconde. D’abord, pour mieux apprécier, débarrassons-nous des poils urticants ! J’ai pas dit pubiens !:) zut ! je me suis mis en mode Coverdale ! Sorry ! ** Les moins ** Le livret pour commencer ! Très joli ! Mais est-ce bien nécessaire de couper des arbres pour imprimer des paroles du poète ? Surtout Hey You ! Franchement, même un non-bilingue comme moi a compris leur signification depuis le temps, babe ! Les publier sur le web suffirait donc ! Ceci-dit, le fait d’y mentionner qui joue les solos aide, même si les deux guitaristes ont un jeu différent. La production ensuite ! On […]

Glenn HUGHES F.U.N.K

Autant l’avouer de suite, je ne suis pas un grand fan de funk. Je trouve le style linéaire, répétitif et peu ouvert aux mélodies. L’exemple parfait de ma définition étant le hit représentatif Sex-Machine du maitre James BROWN : sa version live répétitive à l’infini m’ennuie vite au bout de quelques minutes quand le groove ne se suffit plus. Certes, quand celui-ci est inspiré et vient se marier au blues et à la soul comme dans TRAPEZE ou au hard rock comme avec EXTREME, mon éclectisme s’ouvre.  Aussi, il faut que le groove suinte mais pas que … Si HUGHES se dit un grand fan du genre et si j’adore son jeu de basse, bizarrement, hormis sur l’hymne Getting Tigher de DP, ou le hit oublié Push de son album Feel, je l’ai rarement entendu inspiré en termes de compositions funky pures dont vous l’avez compris cet album regorge. De plus, niveau mélodie, il aime bien puiser dans le répertoire BEATLESien, dont je n’apprécie pas non plus la musique pop trop sucrée. Enfin, il est rare que les prouesses vocales ne m’incitent pas à sauver un album du maestro. Mais ici, le vocaliste utilise beaucoup […]

GLENN HUGHES L.A. Blues Authority volume II

1992 sera l’année de la renaissance pour le bassiste-chanteur. 15 ans après son premier et dernier album solo Play Me Out et des participations dans divers projets de qualité et pas des moindres, mais hélas non aboutis faute à Dame Cocaïne qui l’empoisonne depuis ses années Purplienne, l’heure a sonné, non pas de rejoindre Dame La Faux qui l’a pourtant invité plus d’une fois, mais de rejoindre le monde de la musique. Jugez plutôt des carrières gâchées dans HUGHES / THRALL, PHENOMENA, Gary MOORE, BLACK SABBATH,… Si certains ont su se prémunir de ces artifices dangereux, tous n’échappent pas à ces poisons : Tommy BOLIN y succombera, quand au mieux, cela aura nuit la santé et les relations des Toni IOMMI, OZZY, … la liste est longue. Heureusement, le point de non retour n’a pas été atteint et la vie nous a fait profiter de ce talent exceptionnel. En 1991, il sera invité à chanter un titre pour la compilation tribute L.A Blues Authority I. Séduit et sentant l’icône revigoré sainement, Mike VARNEY, lui propose d’enchainer un L.A Blues Authority II. Je ne sais si c’est le producteur ou le chanteur qui a proposé de […]