Ian GILLAN Naked Thunder

En ce 16 juillet de 1990, était publié le réconfortant Naked Thunder. Adolescent, en 85-87, je découvrais DP avec Made In Japan et Burn ! A l’époque, on considérait les Live comme des Best Of et Burn était présenté comme le meilleur album hors Mk II ! Alors, je pensais, à tort, qu’en usant le MIJ et Burn sur ma platine, j’avais l’essentiel de DP. Faute de thunes et avide de découvertes musicales, j’investissais alors dans d’autres groupes, délaissant donc la discographie Pourpre. Puis en 90, en tombant sur les clips de No Good Luck, mais aussi de King Of Dreams, sorti la même année, je succombais aux charismes de la musique et des acteurs, que je découvrais au final pour la première fois en visuel ! Et oui, à l’époque avoir des images de concerts des groupes de Hard Rock à la télé française était une denrée rare et tout le monde n’avait pas de magnétoscopes pour les enregistrer quand la télé diffusait ces quelques clips fantômes dans la nuit ! Second coup de foudre donc ! Depuis ce jour, je ne pus me débarrasser de la Drogue Pourpre ! Intoxiqué à vie jusqu’à […]

Ian GILLAN BAND Child In Time

En juillet 1976 sort le premier album solo du chanteur, trois ans après son départ de DP. Pendant cet interlude, … ”… Ian Gillan se lance dans diverses aventures commerciales qui échouent toutes. Au bord de la banqueroute, il se voit conseiller de revenir à la musique, ce qu’il fait en 1975 en recrutant le guitariste Ray Fenwick, le bassiste John Gustafson, le claviériste Mike Moran et le batteur Mark Nauseef (ex-Elf). Son nouveau groupe, alors appelé « Shand Grenade », fait ses débuts sur la scène du Royal Albert Hall le 16 octobre, à l’occasion du concert The Butterfly Ball1. Rebaptisé « Ian Gillan Band », le groupe donne des concerts en Europe et aux États-Unis au printemps 1976 et enregistre son premier album, Child in Time, avec l’aide de Roger Glover, un autre ex-Purple.” Précisions de Christian Albinovanus du Funky Junction Forum Pour les fans, la surprise musicale va piquer sévère tant ici on expérimente dans le jazz fusion psyché ! On comprend mieux pourquoi Gillan se lassait de DP et cherchait à innover encore. Pour un premier jet, ça part dans tous les sens, et si vous voulez emprunter ce manège-là, mieux […]

Ian GILLAN Born Again BLACK SABBATH info

2 bonnes nouvelles : Un coffret BLACK SABBATH période Tony Martin serait en prévision, tout comme le remastering-remix de … Born Again. Les bandes ont été retrouvées dixit Tony Iommi extrait de l’itw sur news.in-24.com : ”…There should be a box set from the Tony Martin era (1987-1991, then 1994-1996). I’m also thinking of remixing the album “Born Again”, the one with Ian Gillan, now that we have found the original tapes….” Retour sur la chronique de Born Again    

Ian GILLAN Discographie & Chroniques

Les albums DPF colorés sont chroniqués. Cliquer dessus pour lire ma chronique et aussi d’autres avis de fans exprimés sur la page facebook. Cette discographie est aussi abordée dans le livre ”Deep Purple 50 ans La Maison des Légendes 1968-2018”. Ces écrits sont effectués pour les dates anniversaires et uniquement sur mon temps libre. Tout coup de main est bienvenu. L’idée est de partager une passion. Ian Gillan – né le 19 août 1945 GB – chanteur, harmoniciste – Mk II Des années 70 à 90, tout simplement le plus grand chanteur de l’univers !! Episode Six Single & Compilations   Tim Rice – Andrew Lloyd Webber Jesus Christ Superstar (1973)   Ian Gillan Band Child in Time (1976) Clear Air Turbulence (1977) Scarabus (1977) Live at the Budokan (1978)   Gillan Gillan (1978) Mr. Universe (1979) Glory Road (1980) Future Shock (1981) Double Trouble (live) (1981) Magic (1982)   Black Sabbath Born Again (1983)   Gillan & Glover Accidentally on Purpose (1988)   Solo Naked Thunder (1990) Toolbox (1991) Cherkazoo and Others Sessions (1992) Dreamcatcher (1997) Gillan’s Inn (2006) One Eye On Morocco (2009) Live in Anaheim (2008) Contractual Obligation (2019)   Deep Purple […]

Pourquoi COVERDALE n’est pas devenu le chanteur de BLACK SABBATH

Tony Iommi de Black Sabbath révèle pourquoi ils n’ont pas embauché David Coverdale de Deep Purple en 1983. Lors d’une récente interview avec «Gibson», le légendaire guitariste de Black Sabbath, Tony Iommi, a rappelé ses débuts dans le groupe et a clarifié le processus d’embauche de Ronnie James Dio et Ian Gillan de Deep Purple. Comme vous pouvez le lire ci-dessous, Black Sabbath s’est séparé de Dio en 1982 après trois ans d’adhésion au groupe, et le groupe a engagé Ian Gillan. Tony Iommi a révélé pourquoi le groupe n’avait pas embauché le chanteur de Deep Purple et de Whitesnake, David Coverdale en tant que membre. Voici ce que Tony Iommi a déclaré: «Je suis allé voir David Coverdale et il a juste dit:« Oh, mon Dieu, je viens de créer avec les gars ce groupe, Whitesnake. Pourquoi n’es-tu pas venu me trouver avant ? ” J’ai dit : ‘” Il [Dio] n’était pas parti avant, ça se passe maintenant. ” Nous avons donc passé beaucoup de temps à la recherche d’un autre chanteur, et nous auditionnions divers chanteurs, dont Michael Bolton, croyez-le ou non – il était l’un d’entre eux, ce qui était étrange. […]

Ian GILLAN Contractual Obligation

Le chanteur Ian Gillan est, avec Robert Plant, Ozzy Osbourne et quelques autres, considéré comme l’une des voix légendaires qui ont façonné le hard rock.  Malgré son engagement avec DEEP PURPLE, le chanteur a construit une impressionnante carrière en solo. “Contractual Obligation” s’inscrit dans ce cycle. Il propose trois concerts issus d’une tournée récente en Europe de l’Est, et qui seront diffusées sur différents formats via earMUSIC le 26 juillet, mais avec la particularité que chacun sortira sous un format unique : Contractual Obligation #1: Live In Moscow ( Blu-ray)   Amazon Contractual Obligation #2: Live In Warsaw ( 2CD & digital)  Amazon Contractual Obligation #3: Live In St. Petersburg (3LP)  Amazon Après le succès de l’album studio “Now What ?!”, et à quelques mois de la sortie du dernier album “inFinite”, qui a connu un franc succès, Ian Gillan a accepté l’offre de tournée d’un mois en Europe de l’Est, accompagné tous les soirs par un orchestre local différent. Gillan a décidé de recruter pour l’occasion le groupe  DON AIREY BAND, avec notamment le talent de Simon McBride à la guitare. Le titre est une référence humoristique à la réticence notoire de Ian Gillan à […]

Ian GILLAN One Eye To Morocco

Quand Ian GILLAN se dore la pilule entre deux dates Pourpres, il s’occupe à écrire quelques chansons cool. Loin de la grosse production et des joutes vocales de ces précédentes œuvres hors DP, en mode vacancier, le sexagénaire s’offre une récréation musicale dans la lignée du disque GLOVER-GILLAN Accidentally On Purpose et des JAVELINS (en mieux). Le bassiste étant absent pour cause de raisons familiales, le chanteur fera appel à ses autres fidèles partenaires, Steve MORRIS et Michael Lee JACKSON. Détendu, on l’imagine siroté un bon cocktail en bord de piscine entre deux prises. Il n’est donc pas question ici de hard rock. Les solos se font même rares, mais inspirés (The Sky Is Falling Down), laissant place à des cuivres des plus doux. Le jeu et la sieste se font autour du rock blues boogie world et sans prétention de battre des records de watts, bien au contraire, le but étant de scruter cet horizon en toute quiétude. Mais qui dit sans prétention, ne veut pas dire sans talent ni sans conviction. Non ! Sur la trentaine de titres écrits, les meilleurs semblent avoir été retenus. Et c’est du tout bon, un régal ! La caresse […]

Ian GILLAN Live in Anaheim

En ce mois d’avril 2008 (jour non identifié) apparait dans les bacs, le très enthousiasmant et vivement conseillé Live In Anaheim enregistré le 14 septembre 2006, dans lequel Ian GILLAN nous fera le plaisir de dépoussiérer quelques classiques Pourpres oubliés, notamment l’énorme Not Responsible (mais pourquoi DP ne le joue-t-il pas !!! Quel riff !!! pourquoiiiiiiiii arrrghhh !!!??? ) et les flambloyants Wasted Sunset et When A Blindman Cries, au beau milieu des nombreux standarts ”solo”, parfois sous-estimés car dans l’ombre (à tort) du Pourpre : Bonne humeur assurée ! Venez le commenter sur la page facebook ”Très bon avec une set-list variée et pour le moins originale ; des trucs inédits , de bonnes reprises de Purple …..un must !!! Dvd indispensable également !!” François Lefevre ”Il est très bon cet album 👍😉” Isa Xav CD 1 (existe en DVD) Second Sight   (Towns) No Laughing in Heaven   (Gillan/McCoy/Torme/Towns/Underwood) Into The Fire   (Blackmore/Gillan/Glover/Lord/Paice) Hang Me Out To Dry   (Gillan/Morris/West) Have Love Will Travel   (Berry) Wasted Sunsets   (Blackmore/Gillan/Glover) Not Responsible   (Blackmore/Gillan/Glover) No Worries   (Gillan/Jackson) Rivers of Chocolate   (aka “The G Jam”) (Jackson) Unchain Your Brain   (Gillan/McCoy/Torme) CD 2 […]

Ian GILLAN’s Inn

Ce 18 avril 2006, ”Dieu” réenregistrait dans GILLAN’S INN des classiques retraçant sa carrière solo, mais aussi dépoussiérant des inédits live de DP tout en se faisant plaisir avec quelques cerises de reprises, le tout avec des invités de marques, tels que Joe SATRIANI, Uli Jon ROTH, Jeff HEALEY, Tony IOMMI, Joe ELLIOTT, … Autant dire qu’avec de tels guests, le gite est plus que chaleureux. Prenez une écharpe, les frissons se feront nombreux. Un album d’autant bienvenu, qu’à l’époque, en province, ses disques se faisaient plutôt rares dans les bacs avant les rééditions qui suivirent. Et comme en plus la voix est encore là, difficile de ne pas en faire un indispensable. Venez le commenter sur facebook, ils en ont dit, entre autres choses : ”Un très bon album ” Philippe Leroy ”J’ai eu du mal avec le son de Blagona au départ puis je m’y suis fait. Depuis c’est le Gillan que j’ai écouté le plus !” Hervé Derwa Titres – Invités (Michael Lee Jackson joue de la guitare sur tous les morceaux sauf  14) Unchain Your Brain – Joe Satriani, Don Airey & Michael Lee Bluesy Blue Sea – Janick Gers Day […]

Ian GILLAN Toolbox

Sorti en août 1991 selon Wikipédia (jour non précisé), il sera pourtant mentionné sur le livret, une sortie en octobre !? Ben on en reparlera deux fois pour les vacanciers absents 😉 ! Pour mes oreilles, le plus heavy de ses albums solo ! Celui qui se rapproche le plus du Born Again de BLACK SABBATH. Etonnament, je trouve que le hurleur à la voix d’or abuse des aigus ici, rendant même linéaire l’ensemble, un comble. On dirait qu’il a une revanche à prendre ? Le mix de Born Again ? Une compétition avec DP ? Un coup de pied à cette époque FM ? C’est vrai que ce côté uppercut et ce rappel de qui est Dieu, a le mérite de remettre les choses au point, n’est-ce pas KING DIAMOND ? Mais si on passe de sacrés bons moments (Hang Me Out To Dry surtout sa version live, Toolbox, Dirty Dog et ses airs Sabbathien, sa version rapide Candy Horizon, Don’t Hold Me Back sur lequel on retrouve un peu de suavité, Picture Of Hell qui nous achève, Bed Of Nails qui rappelle l’époque 78-82, ou encore Dancing Nylon part1, …), on sort tout […]