DEEP PURPLE In The Absence Of The Pink – KNEBWORTH 1985

35 ans !! Ce 22 juin 1985, la Mark IIb  était la tête d’affiche du festival de Knebworth ! Parait-il qu’il y faisait un temps anglais !? C’est tout ce que j’en sais ! Et vous ? Pour la musique de ce live, ma chronique est dans le livre 😉 Mais si t’as pas 42 balles pour offrir le livre et soutenir ce site web coûteux, tant pis pour moi, on va rester dans le partage de la passion et la transmission entre génération, avec cette chronique en suivant, du talentueux Phil Lizzy ! Elle n’est pas belle la vie ? 😉 ”N’offrir qu’une seule date en Angleterre célébrant la reformation du groupe relève à mon sens de la pure mesquinerie, non ? Le pays qui les a vus grandir, qui les a fait décoller, réduit à ne les voir que sur une seule date et de surcroît dans des conditions exécrables au célèbre festival de Knebworth, il y a de quoi rager. En effet, la météo est déplorable présentant un temps ‘british’ dans toute sa splendeur. Pluie intermittente, rafales de vent, tout est réuni pour que ce festival qui, par le passé, a présenté […]

DEEP PURPLE Deep Purple

Après deux premiers albums à chercher son style, ce dernier album de la Mark I trouve ici son parfait équilibre dans ce rock psychédélique de bon aloi et de l’époque, avant que la Mark II ne métamorphose l’industrie musicale quelques mois plus tard. On pourrait presque regretter la trop grande proximité entre cet album et In Rock, tant cet album éponyme est une petite merveille dans son genre. Jon LORD est encore dominant, lumineux, mais le partage devient de plus en plus équitable. Le groupe et Rod EVANS trouvent ici enfin leur place. … Et sans le savoir encore, Ritchie BLACKMORE prépare ici des Anyone’s Daughter et autres Anya et beaucoup plus tard, son BLACKMORE’S NIGHT. On pourrait même regretter aussi que le chanteur ait voulu suivre le courant de la Mark II, alors que sa voix n’en avait pas les moyens et qu’au contraire, elle démontre ici qu’il aurait probablement fait une fabuleuse carrière en tant que crooner. Autre regret : Que Ian GILLAN n’ait jamais interprété certaines des pépites présentes ici, que sa voix d’alors, aurait sublimées. J’avais occulté la Mark I pendant des décennies, j’avais tort. Si vous voulez expérimenter la Mark […]

LIONSHEART Heart Of The Lion – box

Vous prenez le son du WHITESNAKE de 1987, vous rajoutez un côté un peu plus rond et américanisé façon VAN HALEN et MR BIG, sous une patte bluesy à la LED ZEPPELIN, le tout avec un chanteur à la voix plus-value entre Robert PLANT et Sammy HAGAR en passant par Lou GRAMM et Bob CATLEY et vous obtenez un excellent heavy métal mélodique à fondation bluesy ! Il est important de pointer le réglage du son. Quand je soulige un son qui tend vers l’US, c’est un léger réglage car la base british bluesy n’est pas dénaturée. Le son gros US, parfois gras, réglé au max peut parfois faire vomir les compositions. Ce n’est pas le cas ici et on peut retrouver ce genre de bon travail chez MAGNUM avec qui LIONSHEART a tourné, tout comme avec un autre groupe méritant, LILLIAN AXE. Et puis quand tu inclus par moment du banjo et de l’harmonica dans ce heavy metal, c’est que la base est bonne ! 😉 En 1990, j’avais acheté le premier album, conseillé par les bonnes chroniques des bons mags de l’époque, séduit aussi par une pochette attrayante. Je n’avais pas été déçu par […]

Glenn HUGHES Return Of Crystal Karma (R.O.C.K) + Live in South America

L’avantage de ces chroniques anniversaire, c’est qu’avec le recul, on prend conscience de certains détails qui peuvent gêner ou accentuer le plaisir d’écoutes, comme un cocktail qui a été savouré sur l’instant mais en découvrant plus tard quel était l’ingrédient qui nous a fait tant salivé. Pour moi certains de ses albums n’ont pas été évidents à saisir aux premiers cercles du 33t. Ce fut le cas pour The Way It Is qui mit du temps à devenir le masterpiece qu’il est devenu dans mes oreilles. Pour cet album fêté, le processus fut le même mais avec moins de succès auprès de moi. Et aujourd’hui je crois savoir pourquoi. Si on juge un album bon ou moins bon, c’est souvent à raison de la qualité des compos. Mais ici ce n’est pas aussi simple. Glenn HUGHES est un artiste à part on le sait, parfois même complexe à saisir mais non dénué de profondeur. Et comme pour certaines personnes dans la vie, il faut parfois gratter pour savoir ce que révèle telle personnalité ou telle création. Sa pochette illustre bien mon propos avec son côté mystique qui m’hypnotise et m’amène à me poser la question […]

DEEP PURPLE Live At The Olympia 96 – Paris

Enregistré le 17 juin 1996 à Paris, ce live est exceptionnel à plus d’un titre : Premier live de la Mark VII après le surprenant Purpendicular, sa genèse improvisée, un bootleg officialisé à cause d’un Jon LORD qui avait bien préparé son coup, un rafraîchissement extra de la set-list, la présence unique de la section cuivre de l’émission Nulle Part Ailleurs de CANAL PLUS dont un des musiciens me fera le privilège de m’accorder une interview exclusive inclus dans le livre et emplie d’anecdotes. Il se désespère de ne pas avoir de photos du show : on compte sur vous pour nous en faire partager si par cas … (voir celle de Philippe LEROY ci-dessous) Trop de choses à narrer de ce concert dont la qualité et la présence des cuivres en font un indispensable. Il vient de surcroit se greffer à mon report du concert de Bordeaux auquel j’ai assisté et vécu des moments inoubliables ; report inclus aussi dans le livre. Le groupe est en feu avec notamment le trop rare Cascades I am Not A Lover entre autres grands moments avec ces cuivres qui boostent des missiles qui n’en avaient déjà pas […]

DEEP PURPLE Hellfest Clisson 16 juin 2017

20h45 Revanche prise ! D’après les présents en 2014, le groupe devait une revanche au Hellfest. Et ce fut chose bien faîte. Mais la perception de la qualité d’un concert ne tient pas qu’au groupe en lui-même, mais aussi aux conditions diverses et de votre état personnel. Afin d’être bien placé pour voir mon groupe préféré, j’ai du supporter le black métal de BEHEMOTH. Autant j’aime bien écouter dans un fest, des styles peu à mon goût, dans une optique de découverte, autant là, j’ai eu du mal à comprendre la logique de faire passer un tel groupe avant une tête d’affiche de classic rock. Les die-hard de DP rétorqueront avec humour qu’ils ont l’habitude des premières parties inadéquates du groupe. Mais là, je pense que la programmation s’est loupée quelque part. Ce sera donc un calvaire sous cette chaleur de plomb que cette attente d’1h, avec la crainte comme incidence d’empiéter sur ma jauge physique et morale. Un groupe aussi expérimenté que DP ait censé tenir compte de ces détails parasites, et du fait qu’on est dans un festival. Aussi, à mon avis, il est bon de durcir un peu la set-list pour éviter que […]

Joe Lynn TURNER JLT

8ème album solo qui succède au très heavy Slam. Le 8 est souvent un symbole qui veut définir quelque chose : l’infini, nouveau départ, égarement, …. Ici, on pourra le considérer comme un nouveau départ tout en restant dans la boucle. Ce JLT reste donc dans la lignée de son prédécesseur tout en se démarquant à la limite frontière de sa discographie : très heavy et hard rock avec un gros son qui sort des guitares des Joe BONAMASSA, Al PITRELI, Chris CAFFERY, Karl COCHRAN ou encore Chris MARKSBURY avec qui il co-compose la quasi totalité de ce disque avec le fidèle Bob HELD. En sus d’autres musiciens, il récupère le trio Paul MORIS, John O REILLY et Greg SMITH, suite à l”’emprunt” de BLACKMORE pour son Stranger In Us All : retour au bercail donc ! Joe Lynn éraille sa voix dans le hard rock et le blues, comme pour se rapprocher d’un Paul RODGERS, de l’esprit des STEPPENWOLF et CREEDENCE  CLEARWATER REVIVAL et ce, même si la mélodie reste bien aux alentours. In Cold Blood démarre pied au plancher comme les meilleurs titres nerveux de RAINBOW ou de Slaves And Masters. Les parties […]

BLACK COUNTRY COMMUNION 2 (Glenn Hughes)

5ème chronique ce mois-ci sur HUGHES ! Y-a-t-il encore quelqu’un dans la fosse*? Qui est encore sceptique* sur celui qui est un des plus grands chanteurs de l’histoire ? … et un mélodiste soulman hors pair ? … 🙂 Ce second album avec Joe BONAMASSA, Jason BONHAM et Derek SHERINAN est plus compact que le premier et reste dans ce classic rock bluesy de haut niveau avec ses quelques touches d’influences empruntées à CREAM, LED ZEPPELIN et DP. Dans le genre, c’est ce qui s’est fait de mieux dans la décennie. Et La couv est chouette !    * Crédit de la vanne faîte par Harry Bosch sur fb que je reproduis dans la mini-chro. Partagez vos émotions sur la page Facebook, ils en ont dit entre autres : ”Le meilleur de tous leurs albums, superbe !” Alain Rabiat ”Super albums.. Le dernier (4) un peu moins” Didier Modeste ”J’adore, je les ai vus en concert au Bataclan 2011 et complètement été scotchée par Glenn Hughes !” Muriel Barbier ” Excellent album avec un bon concert au Bataclan. Acheté tous les albums mais j’aime moins le dernier de 2017 BCC IV” Christian Vergnaud ” Encore […]

Glenn HUGHES Addiction

Après Feel, un album soul funk qui perturbe sa fan-base Pourpre, le label tique un peu sur les ventes et demande à l’artiste de durcir le ton à nouveau. HUGHES va faire plus en sortant son album le plus sombre et heavy. Il va se replonger dans ses souvenirs les plus noirs, ceux de sa période drogue qui a failli lui coûter la vie et qui lui a pris 15 ans de sa jeunesse pendant laquelle il est tombé au fond des abîmes. Les paroles sont donc très personnelles et profondes d’autant que cette période a pris fin récemment. L’homme a donc envie de faire le deuil et se servir de cet album comme une dernière séance de thérapie, comme une confession, comme un avertissement aux plus jeunes et comme un pardon à lui-même et aux gens qu’il a pu blesser. Musicalement, on est même plus proche de l’esprit de BLACK SABBATH. D’ailleurs il ne manque que Tony IOMMI pour que ce disque soit davantage considéré ou qu’il atteigne une aura supplémentaire. Car The VOICE va se livrer complètement. Des paroles et des prestations vocales très prenantes voire déchirantes. Les poignantes ballades Talk About It, […]

GLENN HUGHES Songs in the Key of Rock

Comme l’augure son nom, cet album signe le retour de HUGHES au classic rock. On connait sa largeur musicale allant de la soul au hard rock et l’orientation trop soul de certains de ses albums ont pu décevoir ses fans de l’époque purplienne. Ici aucune crainte à avoir. C’est probablement son meilleur album POURPRE. Enregistré en compagnie des très bons JJ MARSH et Jeff KOLLMAN, il regorge de sacrés pépites et j’aurais même bien aimer voir ce que la MK III et IV auraient fait de ces compos. Comment elles auraient pu les transcender ? Car les Written All Over Your Face et Highers Places Song For BONZO tutoient la perfection et le sublime. Le premier rappelle le Kashmir de LED ZEP, assurance de bonne compo, avec un hommage à son défunt batteur comme son nom l’indique, et pour lequel Chad SMITH sera invité. Le second sorte de You Keep On Moving, rappelle qui est Glenn HUGHES. Que ce soit dans la suavité, ce fameux feeling ou sa montée stratosphérique dans les aiguës, en escalier, dans la même respiration sur plusieurs octaves : tout simplement démentiel, à vous arracher la peau de frissons. Ces deux […]