TRAPEZE Medusa (Glenn HUGHES)

En 1970, la scène anglaise bouillonne ! Entre la pop psychédélique, le blues rock, un début de hard rock naissant (In Rock vient de sortir), si tout le monde s’inspire de tout le monde, l’univers de la musique reste à explorer. Dès lors, chacun essaie d’apporter sa touch.

Alors, ceux qui ne connaissent pas TRAPEZE mais Glenn HUGHES au sein de DEEP PURPLE, vont peut-être penser qu’il s’agit ici de funk pop à la Stevie WONDER et autres formations de la MOTOWN et STAX … Perdu !!

Si quelques touches funky émergent, on navigue ici sur un océan de rock blues puissant et puisant chez les CREAM, FREE et HENDRIX.  Un océan balançant ici un tsunami par un hard blues naissant qui s’affirme, grâce un jeune chanteur qui élève déjà le niveau mais aussi, par une créativité débordante d’un Mel GALLEY, inspiré comme jamais. Je ne serai pas surpris que les petits jeunes de LYNYRD SKYNYRD aient posé plus qu’un oeil sur cette méduse hypnotiseuse.

On parle peu de TRAPEZE car il a eu une carrière écourtée (3 ans – 3 albums) suite au départ de qui vous savez chez qui vous savez. Et puis parce qu’on évoque souvent Glenn HUGHES via DEEP PURPLE et pas forcément sur le bon souvenir qu’il a laissé à certains die-hard fans de la Mark II. Il y a aussi le fait que la nature a horreur du vide et que TRAPEZE a donc laissé place à des BAD COMPANY et autres LYNYRD SKYNYRD, voire même un LED ZEPPELIN. ”Là, t’exagères mon Francky” vas-tu me dire logiquement ! Attends, bouge pas !

Après un premier album qui tatonne, dispensable, le trio va prendre un virage musical et faire preuve d’une sacrée qualité de compositions. Si le chant de HUGHES est déjà d’une expressivité remarquable, sourçant sa magie dans la soul, le blues et chez un Paul RODGERS qu’il admire et imite beaucoup ici – on est loin ici des influences à la WONDER – on pourrait se demander si l’ex-chanteur de FREE n’est pas venu à son tour puiser auprès d’un Seafull, pour composer une de ses plus belles ballades du nom de … Seagull (1974) !? … ou même un LYNYRD SKYNYRD s’inspirer d’un Jury pour composer son Free Bird ou encore un LED ZEPPELIN pour son Starway To Heaven (1971) après avoir entendu Medusa et ses alternances entre parties quasi a capella + guitare seule et les parties les plus hard ? … Parce que n’oublions pas que le milieu du rock britannique à ce moment-là, est encore un milieu condensé autour de Big Ben et qu’il n’est pas rare que les musiciens d’un groupe à un autre, se croisent régulièrement, dont un GH et un John BONHAM avec qui il trainera beaucoup. Ayant eu un bon succès lors d’une tournée au Texas, difficile de croire aussi que les confédérés de Floride n’ait pas entendu le single Black Cloud !? … ou encore les solos de Mel GALLEY ? On peut même imaginer une discussion au sein de la bande à ROSSINGTON et VAN ZANT du type ”Elles sont magnifiques ces ballades, ce riff de Touch My Life a un truc d’intéressant et il sont très bons ses solo sur Jury et Black Cloud, faudrait qu’on y rajoute une seconde voire une troisième guitare” hum !

Si TRAPEZE s’inspire donc de CREAM et FREE, clairement il durcit le ton et lance l’époque vers un hard blues classieux, légèrement funky mais au final si léger que l’on peut retrouver ce zest dans quasi tous les groupes : un Black Night pourrait alors être aussi considéré comme funky. Seul l’efficace Love Is Your Alright est le plus imprégné de funk. TRAPEZE apporte donc une excellence, qui à mon sens, participera à définir le rock sudiste qui prendra sa forme finale en 1974 avec LYNYRD SKYNYRD.

Glenn HUGHES nous transperce, tout comme le jeu du guitariste très proche de ceux de Paul KOSSOV et Tommy BOLIN. Les titres sont si intenses, que Makes You Wanna Cry, chanté par Mel GALLEY, arrive pour nous permettre de nous remettre de toutes ces émotions générées par ce jeune vocaliste talentueux, dont les nuances et les aiguës vont lancer la comparaison avec un certain Ian GILLAN, qui lui-même sera dévoilé à l’univers avec le tout frais In Rock.

Dans la mythologie, des trois têtes de la méduse, une seule serait mortelle. C’est sous-estimer les deux autres, surtout quand on sait qui deviendra le futur batteur de JUDAS PRIEST. Mais déjà, cela situe le niveau du groupe et l’indispensabilité qu’est en train de générer Glenn HUGHES.

Indispensable, tout comme cet album prenant et précurseur !

Venez partager vos avis sur Facebook.

 

Tentacules

1 Black Cloud

2 Jury

3 Your Love Is Alright

4 Touch My Life

5 Seafull

6 Makes You Wanna Cry

7 Medusa

Têtes

Mel Galley  guitare, chant 6

Glenn Hughes  chant, basse

Dave Holland  batterie

Production  John Lodge

Label  Threshold Records – Universal – Cherry Red Records / Amazon CD / LP / rééditions

Sortie 13 novembre 1970

Retour à la discographie chroniquée de Glenn Hughes

Album en écoute ci-dessous