Communay Rock Fest – Vienne chapitre 1 – 22 & 23 juillet 2022

Ok je venais dans la région Viennoise pour voir JUDAS PRIEST et The DEAD DAISIES (cf report ici). Mais quelle chance de pouvoir profiter de ce festival voisin avec une telle affiche. La région lyonnaise a bien de la chance d’avoir autant d’offres culturelles.

La question est de savoir si ce jeune fest pourra se pérenniser ou si il jettera l’éponge dans le feu comme des centaines d’organisateurs. La réponse vous appartient ! Mais en cas de désistement, il ne faudra pas dire qu’il n’y a pas de fest Rock et Metal dans votre région. Personnellement, je bénirais les Dieux du Metal, pour avoir un tel fest près de chez moi.

Les absents se justifieront encore de toutes excuses plus ou moins de mauvaise foi. Certains sortiront la même gousse d’ail : c’est trop cher ? On ne connait pas ces groupes ? Blablabla …

30 € les deux jours pour voir 7 formations pour environ 6h de musiques et de bonne ambiance, équivaut à 3 repas fast-food que tu vas aller évacuer illico au wc ou 3 séances de cinéma.

Quant à ne pas connaître les groupes, avec les chaînes musicales gratuites, difficile de ne pas jeter une oreille avant. Et puis ce que j’aime dans un fest, c’est justement d’en découvrir une ou deux formations avec l’envie d’acheter leur disque, de les revoir ou tout simplement d’avoir eu l’excitation d’avoir fait une chouette découverte tel un trésor planqué. Ce sera le cas de AMON SETHIS ou à un degré moindre (pour ce qui est du degré de découverte) de The PRIZE.

De plus, le cadre du Stade de la Plaine est idéal : de la place pour se garer, des endroits sous les arbres pour se poser à l’ombre et dans l’herbe, un parc de jeux d’été pour bambins avec piscine et évidemment un terrain de foot pour se dégourdir les jambes quand on se fait un fest. L’intérieur de l’enceinte musicale, est elle aussi parfaite. Une organisation parfaite avec des toilettes écolo, des stands de merch et de restauration et trois écrans géants dont un pour ceux qui souhaitent se restaurer sans perdre une miette du spectacle en cours ou voir le concert assis. Des effets pyrotechniques ont même été prévus pour tous les groupes. Ils ont même proposé le ticket avec le design, chose devenue hélas rare. Bref, tous les cas de figures ont été étudiés pour rendre le séjour du festayre le plus agréable possible.

Félicitations donc à l’organisation et aux bénévoles qui ont sué pendant des mois pour nous offrir ces plaisirs là !

Facebook Communay Rock Fest

 

** Vendredi **

 

FORTUNATO

La formation typé metal néo-classique du bassiste Markus FORTUNATO nous ouvrira l’appétit encore en plein jour. (cf sa discographie chroniquée ici). Les trois premiers titres font mouche avec leurs refrains accrocheurs. Il ne manque qu’une chorale de barytons pour nous donner encore plus de frissons à ces titres épiques. Mais ça c’est mon dada perso, une exigence, un rêve, une utopie même car même si ce désir serait partagé par le décideur, il sera difficile de trouver une telle chorale qui voudrait jouer le jeu … mais qui sait ? Le message est envoyé ! D’autant que la voix rocailleuse de Markus déploie tout son relief en live. On aura droit d’ailleurs à trois sympathiques choristes-femmes sur le particulier My Mother Was A Who.

Le set sera un poil trop court à mon sens, signe de qualité du show, mais sera étriqué par des discours entre quasi chaque titre qui à mon sens casse un peu la dynamique. Mais on est entre nous ! L’ambiance est relax et tout baigne ! …

Facebook Fortunato

Un groupe à prendre à bras ouverts

 

AMON SETHIS

A la première vue du chanteur avec un masque et un manteau (en pleine chaleur) assez détonnants, j’avoue que j’ai fait mon fan français de base ! C’est quoi ce truc ? Pourquoi un groupe français qui a peu de chance de séduire chez lui et qui donc devra multiplier les efforts pour prospecter à l’étranger, car tel est le marché français même si il s’ouvre un peu, se prend-il autant la tête avec ce genre d’accessoires à la GHOST, qui vont attirer le péjoratif comme je le fais là bêtement ?

« Et pourquoi pas monsieur Furious ? » Car au fil et à mesure que le show se dessinait, le médisant que j’étais alors, commençait à se transformer en fan charmé. AMON SETHIS semble puiser son inspiration en Egypte. Si bien que petit à petit, les effets prendront leur sens : masque, grimoire, … et une cracheuse de feu viendront appuyer la thématique. Au passage, la joueuse du feu viendra faire sa prestation pour chacun des groupes, à l’exception de FORTUNATO pour probablement des raisons de chaleurs et de manque d’obscurité. De toute façon, Markus and co ont su à leur façon, allumer le feu ! La dame aura le feeling d’adapter son jeu à la musique. Cette dame aura bien du mérite avec cette chaleur même quasi nocturne. Bravo à elle !

 

Question musique, son metal prog envouté d’Orient, est assez grandiloquent, au bon sens du terme. Tu me diras :  « c’est logique quand on est fan de pyramides ! ». Les changements de rythme et les mélodies alternent afin de ne pas nous perdre en démonstration. Bien qu’au début, il faille un peu la déchiffrer (langage égyptien oblige – rires), la musique se veut riche et hypnotise tel un serpent.

Idem pour la voix surprenante du chanteur, Julien TOURNOUD, qui module et s’emploie à varier lyrisme et grunt avec une tessiture assez particulière, voire originale. Les musiciens n’aiment pas les comparatifs mais on est bien obligé de donner un cadre au lecteur avec toute cette concurrence. Aussi, je dirai que sa tessiture approche celle d’un James LABRIE (DREAM THEATER) mais qui aurait l’expressivité d’un Steve HOGARTH (MARILLION) voire d’un FISH, boostée par moment par l’agressivité d’un Hansi KURSCH (BLIND GUARDIAN). Ceci n’est qu’un comparatif estimatif, pas forcément une équivalence exacte. Ce chanteur a la particularité de partir dans un certain lyrisme poussé à bloc, qui parfois au départ, pourrait me perdre, mais étant totalement habité par son propos, tel un chat (mythologie égyptienne oblige!), il arrive à retomber sur ses pieds, en me rattrapant par une pirouette vocale du plus bel effet ! Une prestation captivante !

Notons aussi que le groupe a eu la logique de compter en son sein, sa ”Cléopâtre” au poste de bassiste : souriante et impliquée tout du long, plaisante, elle a du ravir les jeunes fans de la fosse (non pas aux lions !).

The Book et l’émissaire 😉

Il serait dommage que cette formation intéressante reste cloisonnée par ce public français laxiste. Espérons qu’elle puisse s’exporter … pourquoi pas déjà auprès de l’Empire de Rome (rires) ?

Avec un groupe d’une telle qualité, tout comme GOJIRA a ”bénéficié” de l’appui de METALLICA, on ne peut que leur souhaiter de faire la première partie d’un groupe comme IRON MAIDEN. Si celui-ci, en sus, veut bien leur prêter la déco de Powerslave, ça serait génial ! Dommage que DIO ne soit plus là pour postuler aussi à son ouverture.

Bref un groupe qui m’était inconnu, un groupe qui m’a conquis ! Le signe des grands Pharaons ! 😉

Facebook Amon Sethis

 

The PRIZE

 

Un peu plus connue pour ma part puisque j’ai chroniqué l’album de NIGHTMARE sur lequel elle officie (à lire en cliquant ici), la voix de diamant, puissante et rocailleuse de Maggy LUYTEN a trouvé en Christophe GODIN un complice pour former un groupe francophone des plus prometteurs. Si l’ex-chanteuse de VIRUS IV a démontré sa polyvalence chez AYREON ou encore sur la superbe reprise La Foule d’Edith PIAF que je vous conseille vivement d’écouter, et si on connait le côté délirant du guitariste de MÖRGLBL, formation principalement instrumentale de metal-jazz-prog-cartoonesque, je me demandais bien ce que donnerait cette association, n’ayant pas encore pu écouter leur premier album fraîchement publié. Passé des compositions instrumentales à des compo chantées n’est pas toujours chose aisée. Certains shredders n’y trouvent pas toujours un succès immédiat.

Du talent instrumental au mystère de la chanson

Ce sera donc une découverte live de leurs compositions. Et je ne fus pas déçu ! Certes, il n’est pas toujours facile de rentrer dans les détails de riches compositions quand on les découvre, mais le hard-heavy-prog du quatuor, soutenu par des choeurs, est suffisamment accessible, mélodique pour taper du pied, secouer la tête, reprendre en choeur les refrains … et donner l’envie de passer au stand de merchandising pour acheter leur disque (chronique à venir) ; le tout, tout en ayant pas le sentiment d’écouter une formule couplet-refrain-couplet toute faite. Avec GODIN, vous êtes sûr d’avoir sur votre pain du bon Boursin !! (Rime nulle mais j’essaierai d’élever mon niveau … ou pas)

 

Passer au stand de merch est ce que j’aurai aimé faire aussi pour AMON SETHIS à la fin du fest. Mais tous les stands des groupes avaient plié bagages. Interceptant la vocaliste à la dernière minute, elle eut la gentillesse de courir vers son bus pour me procurer la fameuse galette. Pour une fois qu’une fille court pour moi (rires), j’étais un peu confus. Mais c’était peut-être le ”prix” à payer (rires) ? De plus, elle me signera aimablement le flyer du fest. Merci!

Facebook The Prize

 

ADX

est le vétéran dont on ne présente plus le hard-heavy-speed metal. Déluge de riffs et de solos ! Du direct dans ta tête … bref de quoi clôturer cette bonne soirée de manière claire et nette !! Efficace avec comme summum fumant, un Philippe GRELAUD qui ne put s’empêcher de cracher le feu avec la ”Dame de Communay” ! Brûlant ! Point final !

(Désolé de faire court mais après la publication d’une dizaine de reports en quelques temps, le bénévole passionné que je suis, fatigue un peu ; Les images parlent pour elles)

 

Je vous conseille donc fortement de soutenir ces formations de qualité.

Il y a eu un gros orage à quelques centaines de mètres

Facebook ADX

 

Notre Dame de Communay est-elle La Déesse du Crime ?

 

** Samedi **

Si la veille était consacrée au genre Hard-Rock, ce samedi sera davantage consacré au rock français, genre auquel je suis peu confronté. J’irai donc droit au but tout comme tout bon rockeur.

 

TRIGONES PLUS

apportera une atmosphère assez plaisante limite planante. Sans être hyper originaux, les musiciens se sont faits plaisir et nous avec. Si il paraît difficile de faire carrière dans le hard en France, je me demande si ce n’est pas encore plus difficile dans la gamme rock français. Aussi il ne tient qu’à vous de les suivre ou d’en faire une énième formation d’un temps, ce serait dommage.

Facebook Trigones Plus

 

Steve ESTATOF

L’ancienne gloire des télé-crochets se bat contre vents et marées pour faire entendre sa voix d’écorchée à la Kurt COBAIN. Un exemple encore qui prouve à quel point il est difficile de maintenir une carrière en France, mais à l’inverse, sa présence ici après tout ce temps, montre que c’est possible … en suant plus ou moins ! …

Le gars semble simple, ne se prenant pas la tête, enchaîne les titres rock, ceux plus punky-grungy ou ballades déchirantes, ou encore prend son temps pour faire quelques réglages. On est entre nous, pas de prise de tête. Attachant, il reconnaîtra être mauvais en communication avec le public, laissant d’ailleurs Markus FORTUNATO, revenu pour taper le bœuf, faire les déclarations de remerciements à sa place. Mauvais ? Il dira pourtant ses quatre vérités envers la télé qui l’a fait découvrir au grand public. Pourquoi ”grand” quant au final on délaisse ceux qu’on a adoré le temps d’un été ? Je trouve ça plutôt ”petit” moi en terme de fidélité et de cohérence. Mais il avait encore quelques fidèles comme ces trois dames venues exprès pour lui et regrettant d’avoir manqué la soirée d’avant. «On est venu parce qu’on aimait ce qu’il avait fait à la télé et voir ce qu’il devenait. On ne connait pas ce festival. C’est sa seconde édition n’est-ce-pas ? C’était bien hier soir ? On a hésité à venir car on ne connait pas trop le hard rock … J’habite à Givors, j’essaierai de venir l’an prochain» Bref, j’espère avoir fait trois converties.

Facebook Steve Estatof

 

MEGAPHONE

Comme son nom le sous-entend, on a sur scène un tribute-band à TELEPHONE. Aussi, mis à part le fait que le guitariste-chanteur Fabrice DUTOUR prend la même voix que Jean-Louis AUBERT, pas grand chose de plus à dire sur une set-list … téléphonée ! (rires – désolé). Si le répertoire du groupe de rock le plus célèbre de France n’était pas ce qu’il était, on se demanderait même quel est l’intérêt d’imiter un chanteur dont certains disaient (à tort) qu’il n’avait pas de voix et qu’il chantait faux (rires). Ya pas à dire, le rock français aime se faire du mal !

La soirée se finira par une jam avec comme invités Maggy LUYTEN et Markus FORTUNATO pour nous balancer (enfin!) deux brûlots de reprises : le bienvenu Rock and Roll de LED ZEPPELIN et Highway To Hell d’AC/DC, puis d’une improvisation qu’ils auront nommé ”Impro Blues en Si bémol mineur

Encore bravo à l’organisation  ! Merci d’avoir présenter les tickets avec design … et merci aussi pour l’amabilité du gardien du stade !

Facebook Communay Rock Fest

Suite

Vienne Chapitre 2 – TOTO + Laura COX

Vienne Chapitre 3 – JUDAS PRIEST + The DEAD DAISIES