VANDENBERG 2020

Adrian VANDENBERG, l’ancien guitariste de WHITESNAKE est de retour sous son nom, accompagné du chanteur actuel de RAINBOW, Ronnie ROMERO.

Après presque trois décennies de silence, j’avoue avoir été sceptique par ce retour sous son propre nom. Ses disques des années 80 ne m’avaient pas laissé un souvenir impérissable et son récent projet MOONKING m’avait peu emballé dans ce Classic Rock Blues, probablement ombragé par une concurrence féroce face aux BCC, THUNDER ou autres INGLORIOUS. Pourtant j’avais adoré son jeu hyper bluesy et plein de feeling sur le Restless Heart de David COVERDALE.

Mais quand un ex-WHITESNAKE s’associe avec un RAINBOW-man, l’effet marketing fonctionne (oui, je suis faible). Et on finit par y tendre une oreille, puis deux. Ma première oreille me tint alors à peu près ce langage :

”1er écoute : mouais pas mal !
2d écoute : ha oui pas mal du tout !
3e : plutôt bien même miam
4e : … à suivre …”

Je tendis donc la seconde ! Et ma foi, cet album s’avère être au final une très bonne surprise. Certes, on œuvre en terrain connu, très connu même, celui du WHITESNAKE de 1987, du RAINBOW de DIO et de la carrière solo de … DIO ! Mais comme ce terrain est laissé en friche au moins par deux de ces trois géants, pourquoi ne pas les fertiliser à nouveau ?

Cela commence même par un Shadows Of The Night qui ne trompe guère son monde tant le riff rappelle ces messieurs Ritchie BLACKMORE et John SYKES ! Mais si blague il y a, elle reste bonne. Alors comme on est entre potes et qu’on se sent bien, on finit par rire de complicité et se resservir une seconde bière. On enchaîne donc avec plaisir bien que sous estimant un peu la suite, à tort.

Freight Train nous fera sourire encore. Mais si il n’arrivera pas à nous faire détourner le regard de la jolie brune au fond du bar, son refrain nous invite à siffloter trois fois le train-train-train d’un DIO avec aussi son riff perfide roulant sur le rails d’un AC/DC et ce petit groove moderne qui nous amènent à tapoter le comptoir. Ce train donne envie de le prendre pour aller saluer cette brune en espérant qu’elle acceptera l’invitation à venir goûter les délices de l’enfer. (je parles des cacahuètes et autres tapas inclus avec la bière, « enfernale » niveau calorique, tout le monde l’aura compris)

Hell And Water nous exaucera : les tapas de VANDENBERG et ROMERO devienent de plus en plus gouteux avec une saveur voisine de l’épique Stargazer tout en égalant pas ce chef d’oeuvre.

Let It Rain nous envoie sur les chemins du Hard Rock FM des années 80 avec refrain qui commence à vraiment nous faire prendre au sérieux cet opus, d’autant que la rythmique rappelle celle gagnante d’un Here I Go Again version 87 et qu’on est déjà à quatre titres convenables.

Heu pardon 5 ! Malgré des paroles qui rappelle un hit, ce Ride Like The Wind continue l’oeuvre séductrice en prenant cette fois une voie en direction de la Suisse, celle de GOTTHARD, le groupe à Léo LEONI, ou d’un Jorn LANDE dont ROMERO essaie de plus en plus d’imiter les mimiques vocales, qui lui-même imitait celle de DIO.

Shout sera aussi direct que la longueur de son titre et comme le nom de son influence majeure : DIO ! Travail propre, clair et précis forgé dans le bon métal !

Shitstorm poursuit dans un Hard Rock binaire au refrain entraînant. On se surprend par sa simplicité mais je ne sais pas si c’est parce que cela fait un moment que je n’en ai pas écouté, mais pour moi, ça le fait ! Le refrain méga-accrocheur ainsi que son riff très Bad Boys, de Light Up The Sky me fait flasher.

Seule la reprise de la ballade Burning Heart présentée en avant première m’avait laissé perplexe. Pourtant, elle aussi, bien que ne révolutionnant rien, me renvoie aux années 80 et se glisse parfaitement dans cet album malicieux : agaçante seule, non déplaisante dans l’ensemble car aussi bien placée dans la playlist.

La power ballade Skyfall clôturera de forte belle manière ce retour simple mais gagnant.

Bigrement efficace sera aussi le chant à mon grand étonnement. Depuis que BLACKMORE a fait appel aux services de Ronnie ROMERO pour que ce dernier reprenne le catalogue des GILLAN, COVERDALE, HUGHES, DIO, rien que ça, il est devenu le chanteur qui a le vent en poupe. FRONTIERS a profité de cette tendance pour nous le proposer dans divers projets dont CORELEONI reprenant du GOTTHARD. Si sa puissance vocale ne prête pas à débat, il lui est souvent reproché son manque de nuances contrairement à ses illustres ”prédécesseurs”. Je fais partie des gens mitigés à son égard : un coup bravo, un coup bof ! Alors, je ne sais pas si je m’habitue à sa voix mais j’ai le sentiment qu’il a trouvé le juste milieu auprès de ce Classic Hard Rock (Let It Rain). Il n’écorche pas autant sa voix ici comme par ailleurs où il forçait davantage : qui a dit ”brailler” ? La production semble aussi pile poil sur la bonne fréquence. C’est le premier album où j’arrive à l’écouter d’une traite et même à l’écouter en boucle. Ici, sa voix semble couler de source. Aurait-il trouvé enfin son Graal entre un Steve LEE, un Ronnie James DIO, un Otis REDDING ou un Paul RODGERS même si il a encore un peu de chemin à faire pour les égaler ?

Le grand blond à la guitare noire, quant à lui, n’est pas BLACKMORE ni SYKES mais ces deux-là ont aussi laissé leur guitare électrique prendre la poussière depuis autant de décennies, à de rares exceptions près. Et le géant hollandais joue juste, au sens où il n’en fait pas des tonnes.

Alors comme insinué plus haut, si BLACKMORE et SYKES ne veulent plus nous offrir leur classe guitaristique, pourquoi se priver de cette offrande et ne pas suivre leurs traces ? On le sait : la nature à horreur du vide et qui va à la chasse perd sa place !  Je ne dirai donc pas que ce 2020 vaut 20/20, même si il sonne du bon côté des années quatre-20 mais il donne envie de l’écouter en s’ouvrant une bonne bouteille de vin. Bienvenu à nouveau Adrian 20denberg !

Partagez vos avis sur la page Facebook
” Album absolument magnifique et excellente review =) ” Phil Lizzy
– Merci beaucoup 😉 (Franck AndFurious)
Je préfère le nouveau Vandenberg à tous ses albums avec les MoonKings. Les MoonKings, ça passe mieux en live qu’en studio à mon avis.”Anupam Bansoodeb
Probablement ! comme souvent avec la musique : la magie du live 😉 J’écouterai merci ! (Franck And Furious)
Morceaux
1. Shadows Of The Night
2. Freight Train
3. Hell and High Water
4. Let It Rain
5. Ride Like The Wind
6. Shout
7. Shitstorm
8. Light Up The Sky
9. Burning Heart – 2020
10. Skyfall
 
Production  n/c
Label  Mascot Records  // Amazon CD Deluxe / LP / Ailleurs
Sortie  29 mai 2020
Album en écoute