Anniversaire Juillet

En complément ou comme trailer du livre, voici les chroniques anniversaire de la Deep Purple Family ; à retrouver et échanger aussi sur la page facebook. Vous pourrez y voir davantage de photos et autres échanges. Lire la suite …

Les mises à jour se font sur temps libre. C’est du bénévolat pour partager ensemble notre passion commune Pourpre. Si il manque un anniversaire, soit je n’ai pas eu le temps, soit je n’ai pas eu l’info. Difficile de connaître certains jours de sortie d’album avant les années 90. N’hésitez pas à me le communiquer par mail ou sur fb.

***

 

28 juillet

1954 Bon anniversaire au souriant Steve MORSE, celui qui a relancé le groupe et merci aussi à lui pour sa bonhommie.

1979 RAINBOW Down To Earth
Ce 28 juillet était publié le 5ème album de l’ARC EN CIEL et le seul avec Graham BONNET au micro : une magistrale transition entre la période DIO et celle qui va suivre avec TURNER.
Commercial d’un côté avec les hits SINCE YOU’VE BEEN GONE et ALL NIGHT LONG tout en conservant un côté épique de la période précédente avec le magique EYES OF THE WORLD, le somptueux LOVE’S NO FRIEND, les groovy DANGER ZONE et MAKIN’LOVE, les telluriques LOST IN HOLLYWOOD ou NO TIME TO LOOSE, tous suvoltés par cette voix démentielle et sous-estimée du nouveau hurleur, non dénué de lyrisme : quel fabuleux chant sur LOVE’S NO FRIEND : frissons !
On pense souvent à GILLAN, DIO, et COVERDALE comme les top-chanteurs de l’époque et donc de la DPF, mais BONNET me semble injustement dévalué. J’oserai même croire qu’il aurait été le parfait remplaçant à Freddie MERCURY, avec de surcroît son look totalement décalé !? Il aurait marqué davantage les masses si il serait resté dans RAINBOW, même si son passage au sein du Mickael SCHENKER GROUP fut évidemment remarquable.
Notons aussi que les faces B, un autre titre commercial BAD GIRL et le magnifique instrumental WEISS HEIM figurent sur le live FINYL VINYL. L’album a aussi la particularité d’avoir été enregistré chez nous au Château Pelly de Cornfeld, Haute-Savoie ! Cocorico ! Personnellement, la sur-exploitation des deux hits tendent à me faire croire qu’elle occulte beaucoup trop disproportionnellement les autres titres davantage magiques, ce qui ferait davantage comparer cet album à l’ère Turner, alors qu’à mes oreilles, il est davantage à rapprocher à celle de Dio, notamment aussi grâce aux plages de claviers brillantes de Don AIREY et au jeu de tueur de Cozy POWELL qui quittera le groupe plus tard !? Qu’en pensez-vous ? Quoiqu’il en soit cet album reste une perle, tout comme l’est notre belle planète !

Venez en parler sur la page facebook ICI ; ils en ont déjà dit :

”Galette vinyle dans mes archives 👍👍👍” Alain Llado

“Sublime album” Alain Rabiat

 

18 juillet

1977 Glenn HUGHES Play Me Out

lire la chronique en cliquant sur l’image

Venez en parler sur la page facebook ICI

 

16 juillet

En ce jour de 1990, était publié le réconfortant NAKED THUNDER de Ian GILLAN et malheureusement nous quittait en 2012 un immense artiste de la musique, l’élégant  Mister Jon LORD 🙁 Il manque !!  vidéo hommage ici  avec sa version au piano du sublime SOLDIER OF FORTUNE) DEEP PURPLE Forever !!

En ce 16 juillet de 1990, était publié le réconfortant NAKED THUNDER de Ian GILLAN.
Adolescent, en 85-87, je découvrais DP avec MADE IN JAPAN et BURN ! A l’époque, on considérait les Live comme des Best Of et BURN était présenté comme le meilleur album hors Mk II ! Alors, je pensais, à tort, qu’en usant le MIJ et BURN sur ma platine, j’avais l’essentiel de DP. Faute de thunes et avide de découvertes musicales, j’investissais alors dans d’autres groupes, délaissant donc la discographie Pourpre.
Puis en 90, en tombant sur les clips de NO GOOD LUCK, mais aussi de KING OF DREAMS, sorti la même année, je succombais aux charismes de la musique et des acteurs, que je découvrais au final pour la première fois en visuel ! Et oui, à l’époque avoir des images de concerts des groupes de Hard Rock à la télé française était une denrée rare et tout le monde n’avait pas de magnetoscopes pour les enregistrer quand la télé diffusait ces quelques clips fantômes dans la nuit ! Second coup de foudre donc ! Depuis ce jour, je ne pus me débarrasser de la Drogue Pourpre ! Intoxiqué à vie jusqu’à la mort !
Toute la classe visuelle et vocale de Gillan est dans ce clip ! Magique ! Mais l’album contient d’autres perles ! Son album solo qui pour moi, colle le plus à sa période 1978-82 (le bulldozer LOVE GUN et ses touches de guitares tres Van Halienne ou à la Steve Vai) et à … THE BATTLE RAGES ON.
TALKING TO YOU me rappelle d’ailleurs LICK IT UP en nettement plus inspiré. Tout n’est que délices ici : l’opener punchy GUT REACTION, le fm enjoué et hypnotique NOTHING BUT THE BEST, le tendre hard fm SWEET LOLITA, le très Aerosmith NOTHING TO LOSE avec ses cuivres décontractés qui rappelle aussi le Gillan-Glover ACCIDENTULLY ON PURPOSE, ou encore un LONG AND LONELY RIDE dont le refrain ne vous quittera pas de votre cerveau malade ! Seul les claviers sur ce titre ont peut-être mal vieilli et pourraient éventuellement être remplacés par des cuivres !?
Peu importe ! Cet album n’est que pur bien-être ! Totalement enjoué, on est relax à son écoute ! Même MOONSHINE viendra nous percuter avec grâce par son groove rock à billy bien années 50 … Le peu valorisé guitariste Steve Morris (et non Morse) illumine tout l’ensemble avec des riffs et solos inspirés comme jamais : du grand art !! … Et que dire de la sous-estimée classieuse ballade et frissonnante LOVING ON BORROWED TIME ? On ne pouvait que finir par la grâce avec cette reprise NO MORE CANE ON THE BRAZOS ! Au départ, ça pique un peu ! Cette ballade quasi a capella, entre country, folk, gospel et chant indien, semble hors contexte, hors du temps, et j’avoue, est loin de me séduire au premier abord. Puis au final, on se laisse imprégner par cette cool attitude de cet opus, cet harmonica et tout simplement par cette classe Gillanienne ! Quelle voix ! A écouter au casque ! ”La voix est d’or” lisait-on à l’époque dans la chronique d’un HARD FORCE (Christian Lamet Henry Dumatray) ou d’un Hard Rock Magazine ! (Lageat Phil Jean-Pierre Sabouret) (Problème de mémoire et de cartons trop bien rangés au grenier), j’opte pour le premier)
Gillan joue ici entre le Pourpre et le hard-fm de l’époque sans aller dans le graveleux du genre et en mettant une grande claque, affectueuse caresse plutôt, à tous les grands du style. Jusqu’à sa pochette, cet album émane une certaine aisance, une décontraction dans la perfection, de la sérénité en somme … tout simplement la classe !
Parce que ce clip touche trop à des émotions et souvenirs profonds en moi, je ne peux m’empêcher de vous le diffuser ! Gillan = RIEN QUE LE MEILLEUR ! https://www.youtube.com/watch?v=-W8WIWkRBdM

Venez en parler sur la page facebook ICI

 

15 juillet

1956 – Bon anniversaire à Joe SATRIANI ! le guitariste venu au secours du groupe en 1993 et qui lui a redonné confiance pour continuer ! Je raconte tout ça dans le livre avec extraits d’interviews des acteurs.

Venez en parler sur Facebook

 

11 juillet

Ce jour sortait ces 2 albums : 

1970 DEEP PURPLE Live in Aachen – Chronique dans le livre : commander

2005 IOMMI-HUGHES Fused

3ème album du duo et encore un grand moment ! Seul bémol à mon goût : une certaine linéarité des morceaux qui rend l’album un zest monotone à la longue ! Les trois bonus auraient pu changer cette impression. LET IT DOWN EASY, certes ”hard rock binaire convenu” détruit tout et aurait été un hymne évident en concert ; la ballade SLIP AWAY effectivement n’apporte rien de plus et valide son statut de bonus ; mais ce sera surtout l’incompréhensible absence de THE INNOCENCE qui choque tant le final vocal est d’une profondeur abyssale, sublime, déchirante, dont peu de chanteurs sont capables : frissons garantis ! Mais leur ambiance opposée à celles des autres titres auraient peut-être jurée (?), surtout pour le premier cité ! Du coup, j’interpréterai ce FUSED dans l’esprit d’un album concept. Quoiqu’il en soit comment ne pas être subjugué par GRACE, DEEP INSIDE IN SHELL, le sombre THE SPELL ou I GO INSANE dont le sublime riff-solo aurait mérité d’être doublé et finir en apothéose à l’instar du final de STARWAY TO HEAVEN … comme souvent avec ces 2 là, on tutoie la magie mais ils ne vont pas au bout des choses, comme si le chanteur semblait complexé par son passé et n’osait pas bousculer l’étoile trop brillante du guitariste pour qu’il se surpasse, en se contentant de chanter sur ses riffs (!?) … et pourtant ces deux-là pouvaient ”fusionner” comme peu de duo ! Quelle magie !!!

Voilà ce que les fans de la page facebook en disent, entre autres, joignez-vous à eux !

” Énorme album Iommy/Hugues avec le phénoménal “Dopamine” qui arrache tout sur son passage 🤘” Thibault Cortina

 

9 juillet

Ce jour sortait ces 2 albums

1971 – DEEP PURPLE Fireball – Du ”feu dans le ciel” avant l’heure ! Chronique du second album de la Mk II dans le livre

1996 – DEEP PURPLE Live in Montreux – Retour sur les lieux du ”feu dans le ciel” après l’heure;) Chronique de cet excellent concert dans le livre

Venez en parler sur facebook

 

8 juillet & +

DEEP PURPLE Tour 1985 Paris (2) Nice …

Tournée mythique dont se souviennent les chanceux présents !! Grand merci à François Lefevre et Christophe Le Pabic pour les tickets ! Vous pouvez lire sur sa page quelques impressions de fans ! N’hésitez pas à venir poster sur la page Facebook, vos tickets aux dates Anniversaires ou me les envoyer en mp ! merci !

 

Voilà ce que les fans de la page facebook en disent, entre autres, joignez-vous à eux !

J’ai fais les deux dates parisiennes aussi ! Grandiose ! ” Denis Cusumano

Moi aussi j’étais aux 2, le premier était grandiose, mais les Suisses ont filmé le second avec un Gillan sans voix ” Alain Rabiat

 

7 juillet

RAINBOW On Stage + DEEP PURPLE Fest Pause Guitare Albi

1977 RAINBOW On Stage (concert décembre 1976) Hallucinant le nombre de live mythiques que la DPF a pu nous offrir ! En 1975, Ritchie Blackmore décide de quitter la ”Route des Etoiles” alors à son sommet, pour ”Sillonner l’Arc-en-Ciel” ! Quitter un géant pour en créer un autre, fallait oser et surtout en avoir le talent et l’intelligence ! Il touchera la grâce au point de nous la faire encore partager ici ! Qui peut se remettre de cette version de CATCH THE RAINBOW ? Malicieux, il poussera même l’audace à proposer un inédit, et pas n’importe lequel, un futur hymne, un de plus, KILL THE KING ! Une tuerie de plus qui rejoindra la galaxie des solos et riffs universels aux côtés des HIGHWAY STAR ou autre BURN ! Et si ça ne suffisait pas, et si on sait la passion qu’a l’Homme en Noir pour la musique classique, il viendra démontrer, après un interlude jazzy de LAZY, son éclectisme avec un BLUES à faire rougir de jalousie tous les Clapton, Beck et Page de l’univers ! Et puis si le compositeur sait se faire majestueux, ou courtisan avec le très néo-médiéval SIXTEENTH CENTURY GREENSLEEVES, il n’en oublie pas d’où il vient, avec le rock n’ roll STARSTRUCK tout droit influencé par ses années aux côtés des Gene Vincent ou autre Jerry Lee Lewis. Musicien complet ? Vous avez dit : complet ? En fait, avec le recul, on s’aperçoit que Blackmore n’a laissé que des miettes aux générations futures : il a tout pris et il a surtout tout magnifié ! Tout magnifié avec ses arpèges aux touchés uniques et majestueux ! Alors, si vous arrivez à résister à l’aura stellaire du guitar-héro, comment arriverez-vous à tenir en plus à celles des Cozy Powell, Jimmy Bain, Tony Carey et du magicien Ronnie James Dio ? Si ce dernier n’arrive pas à reproduire la dramaturgie d’un David Coverdale sur MISTREATED, il en apporte une autre couleur, … une couleur tout aussi éblouissante grâce à son lyrisme … stellaire ! une voix portée par cette HOMME SUR CETTE MONTAGNE D’ARGENT et qui va résonner à l’infini dans ce ciel si coloré de leur talent ! ”Magie” est le mot qui introduit mon livre parce qu’adolescent inculte, c’est ce mot-là qui revenait souvent dans la (bonne) presse écrite de l’époque ! Un adjectif qui déboussolait mon esprit alors profane de cette musique ! A l’écoute de ce live, vous en comprendrez le mot, la définition ! Que dis -je ? ce live ne s’écoute pas, il s’hume, il se vit !!! … Alors si hélas, 3 des membres sont déjà partis s’amuser sur l’Arc-en Ciel et les étoiles, et que le guitariste se fait las … à tout jamais, avec cette magie live, restera sur nos pores leurs poussières d’étoiles !! Tout simplement, M.AG.I.Q.U.E !!

DEEP PURPLE +Catherine RINGER+ CARAVANE – Fest PAUSE GUITARE ALBI Ce jour, je publiais mon report des concerts de la veille, mais je me remettais aussi du ¼ de finale victorieux de nos futurs Champion du Monde 2018, le tout en compagnie de Metalden et autres fans de DP rencontrés sur l’excellent site d’Albi ! Pour revivre ces bons moments, le report complet en cliquant sur le lien http://rockmeeting.com/live-report/8703-festival-pause-guitare-deep-purple-santana-texas-albi-3-au-8-juillet-2018

Voilà ce que les fans de la page facebook en disent, entre autres, joignez-vous à eux !

”Il a tourné jour et nuit celui-là à l’époque …!” Thierry Pierron

 

2 juillet

1993 – DEEP PURPLE sort violemment The Battle Rages On ! La chronique est dans le livre alors m’énerve pas hein !? Sinon, tarte dans ta gueule … … Pour les non bilingues, cette présentation virulente est en rapport avec le titre ”La Bataille continue de faire rage” donc c’est de l’humour hein !? toa pas taper moa … ceci dit, si tu peux filer 42 balles pour me récompenser de ces ”Méchantes Pièces de Travail” (Nasty Pieces of Work), genre les 392 pages du livre illustré et toutes les chro et actu gratuites + aider à financer les frais du site, te gêne pas, ca t”évitera de te faire racketer à la récré … Parce qu’à force de bosser pour le plaisir, je vais y ”laisser ma peau” (One Man’s Meat) mais si t’as déjà craqué tout ton budget en mojito et autre cornets de glace et moules-frites, je bosse sur une version Ebook en beaucoup moins chère … parce que bon, ”si à ton âge t’as pas les moyens de te payer une Rolex” (cf Jacques Segala), tu vas pas me dire que tu t’es pas payé un abonnement télé pour mater Games of Thrones !? … ou au prix à venir de l’EBOOK, me payer le prix d’un mojito !? Alors, entre dragons, on se comprend et on se la joue Solidaire hein !? et non pas ”Solitaire” … Blague à part, il m’a mis en feu cet anniversaire ! chaud bouillant mouhahaha … ”viens te battre ! qui z’y viennent’ ! qui z’y viennent !”’ disait le jeune impétueux et insouciant belge dans Asterix et les Belges … je répète : ceci est de l’humour conceptuel avec tentative d’imitation Desprogienne) … Je vous souhaite un bon feu de camp estival .. .mais Attention !!! faites gaffe aux risques d’incendie : c’est logiquement sévèrement puni par la Loi !! Signé un ”Ramshackle Man” (si tu sais pas ce que ça veut dire en anglais, t’as qu’à te chercher la traduction toa même, non mais …suis en ”Mode Tueur là” ! (Time To Kill) : … PS : bon, je crois que j’ai fait quelques ”Contorsions à la Chronique” (A Twist in the Tale)

Venez en parler sur facebook

 

1er juillet

Jours de sortie non précisés pour ces 2 albums ”zarrbi” ! Ian GILLAN Child In Time & MICKAEL MEN PROJECT (HTP3) Made In Moscow.

Ce CHILD IN TIME du IAN GILLAN BAND est le premier album solo du chanteur et sort en 1976, 3 ans après son départ de DP. Pour les fans, la surprise musicale va piquer sévère tant ici on expérimente dans le jazz fusion psyché ! On comprend mieux pourquoi Gillan se lassait de DP et cherchait à innover encore. Pour un premier jet, ça part dans tous les sens, et si vous voulez emprunter ce manège là, mieux vaut ne pas avoir manger un hamburger ou une crêpe au chocolat avant d’y monter ! Il y a du très bon mais aussi de l’indigeste si le jazz n’est pas dans vos curiosités potentielles. Le symbole de ces expérimentations sera la reprise célèbre qui surprendra agréablement. Pour le reste, il faut plus ou moins s’accrocher. En tout cas, on voit là le riche bagage musical du chanteur et surtout son désir d’explorer et de ne pas vouloir reproduire la même formule qui a fait son succès : Courageux et intéressant, mais un peu casse gueule aussi ! Un album à conseiller aux plus ouverts d’entre nous.

Populairement dénommé HTP3 en 2005, mais officiellement nommé MICKAEL MEN PROJECT, ce MADE IN MOSCOW est l’oeuvre du maire milliardaire de la ville russe qui s’offre deux stars. Glenn HUGHES l’enregistrera en tirant des pieds (il n’aime pas en parler) mais tout comme Joe Lynn TURNER sait que le richissime compositeur a beaucoup d’influences et que la Russie et autres pays de l’Est encore sous influences de l’ex empire soviétique, sont des rares contrées qui programment alors les deux artistes en tournées : difficile donc de refuser d’enregistrer cet album plutôt AOR, qui comportent ma foi quelques très bons titres, mais aussi quelques banalités et autres vieilleries FM. Avec un peu plus d’implications et donc de travail, cela aurait d’ailleurs pu être un très bon disque des années 80 et même se joindre au concept de PHENOMENA. Il reste un album pour afficionado, soit du genre soit du duo, mais ne restera pas dans les annales. Comme l’album est introuvable en physique et même sur le web, je vous économise mes temps de recherches pour le débusquer pour que vous l’écoutiez ici ! Allez, on fait une Ola devant son écran pour remercier Francky ! 😉 http://made-in-moscow.com/#!/ru-ru/music

 

Voilà ce que les fans de la page facebook en disent, entre autres, joignez-vous à eux !

”J’avais beaucoup aimé le Ian Gillan qui prouve une fois de plus ( n’oublions pas Jésus Christ Superstar) qu’il ne fait pas que chanter les riffs du guitariste … Avec Jon Lord , certainement le plus aventureux de la bande !” Denis Cusumano

J’aime beaucoup cet album de Gillan, la face b est superbe, production de Glover!” Alain Rabiat