Ian GILLAN Naked Thunder

   En ce 16 juillet de 1990, était publié le réconfortant NAKED THUNDER. Adolescent, en 85-87, je découvrais DP avec MADE IN JAPAN et BURN ! A l’époque, on considérait les Live comme des Best Of et BURN était présenté comme le meilleur album hors Mk II ! Alors, je pensais, à tort, qu’en usant le MIJ et BURN sur ma platine, j’avais l’essentiel de DP. Faute de thunes et avide de découvertes musicales, j’investissais alors dans d’autres groupes, délaissant donc la discographie Pourpre. Puis en 90, en tombant sur les clips de NO GOOD LUCK, mais aussi de KING OF DREAMS, sorti la même année, je succombais aux charismes de la musique et des acteurs, que je découvrais au final pour la première fois en visuel ! Et oui, à l’époque avoir des images de concerts des groupes de Hard Rock à la télé française était une denrée rare et tout le monde n’avait pas de magnétoscopes pour les enregistrer quand la télé diffusait ces quelques clips fantômes dans la nuit ! Second coup de foudre donc ! Depuis ce jour, je ne pus me débarrasser de la Drogue Pourpre ! Intoxiqué à vie […]

BLACK SABBATH Born Again avec Ian Gillan

 7 août 1983 Ce onzième album du Sab’ voit le départ de Ronnie James Dio et l’arrivée de Ian Gillan dans des circonstances vaporeuses. Ce nouveau bébé pourtant au look fort adéquat pour le genre musical et le groupe, fut conspué à sa sortie : d’abord pour un mixage peu professionnel, mais qui au final sonne bien pour les nostalgiques des craquements de vinyle et autres soufflements de K7 et surtout pour une fusion avec l’ex-chanteur de Deep Purple, considéré contre-nature. A l’époque, le fan de hard rock est plutot fidèle et goutte peu au changement des line-up qui l’ont fait rêver et pour lequel il s’est dévoué cornes et larmes. Je ne sais pas si le fan d’aujourd’hui est moins fidèle, plus ouvert d’esprit ou résigné (rayez vos mentions inutiles), mais on va dire qu’il s’est plus ou moins habitué à tous ces changements depuis, un peu comme les divorces familiaux devenus (trop?) courants désormais. Aussi, quand on connait la suite de l’histoire du Sab’, ses fans ne vont pas être au bout de leurs peines. J’en parle dans le livre. (qui a dit : quel livre?). Passons donc les débats passionnels de l’époque, et […]

Ian GILLAN Child In Time

1er juillet 1976 sort le premier album solo du chanteur, 3 ans après son départ de DP. Pour les fans, la surprise musicale va piquer sévère tant ici on expérimente dans le jazz fusion psyché ! On comprend mieux pourquoi Gillan se lassait de DP et cherchait à innover encore. Pour un premier jet, ça part dans tous les sens, et si vous voulez emprunter ce manège là, mieux vaut ne pas avoir manger un hamburger ou une crêpe au chocolat avant d’y monter ! Il y a du très bon mais aussi de l’indigeste si le jazz n’est pas dans vos curiosités potentielles. Le symbole de ces expérimentations sera la reprise célèbre qui surprendra agréablement. Pour le reste, il faut plus ou moins s’accrocher. En tout cas, on voit là le riche bagage musical du chanteur et surtout son désir d’explorer et de ne pas vouloir reproduire la même formule qui a fait son succès : Courageux et intéressant, mais un peu casse gueule aussi ! Un album à conseiller aux plus ouverts d’entre nous. Voilà ce que les fans de la page facebook en disent, entre autres, joignez-vous à eux ! ”J’avais beaucoup […]

Ian GILLAN Toolbox

 1991 Sorti en août selon Wiki (jour non précisé), sur le livret, il sera mentionné une sortie en octobre !? Ben on en reparlera deux fois pour les vacanciers absents 😉 ! Pour mes oreilles, le plus heavy de ses albums solo ! Celui qui se rapproche le plus du BORN AGAIN de Black Sabbath. Et c’est pour cette raison que je le poste le même jour anniversaire car TOOLBOX en est en quelque sorte la suite. Etonnament, je trouve que le hurleur à la voix d’or abuse des aigus ici, rendant même linéaire l’ensemble, un comble. On dirait qu’il a une revanche à prendre ? Le mix de Born Again ? Une compétition avec DP ? Un coup de pied à cette époque FM ? C’est vrai que ce côté uppercut et ce rappel de qui est Dieu, a le mérite de remettre les choses au point, n’est-ce pas King Diamond ? Mais si on passe de sacrés bons moments (HANG ME OUT TO DRY surtout sa version live, TOOLBOX, DIRTY DOG et ses airs Sabbathien, sa version rapide CANDY HORIZON, DON’T HOLD ME BACK sur lequel on retrouve un peu de suavité, PICTURE OF HELL qui nous achève, BED OF NAILS […]

JESUS CHRIST SUPERSTAR Gethsemane avec Ian Gillan

26 avril Prestations divine ! En cette semaine de 1970, IAN JESUS GILLAN enregistre cette version stellaire de ”Gethsemane” pour cette comédie musicale au succès intergénérationnel, JESUS CHRIST SUPERSTAR ! Quand on écoute cette version inégalée, nul doute que l’on devine que Dieu habite la voix et le physique du chanteur ! … (J’en reparle plus longuement dans le livre.) Pour votre pénitence, vous vous regarderez cet enregistrement vidéo rare prévu à l’époque pour être un Scopitone. Grâce aux passionnés archivistes, ils ont pu remonter quelques images sauvées avec le son.  

Ian GILLAN’s Inn

Ce 18 avril 2006, IAN GILLAN re-enregistrait dans GILLAN’S INN des classiques retraçant sa carrière solo, mais aussi dépoussiérant des inédits live de DP, le tout avec des invités de marques, tels que Joe Satriani, Uli Jon Roth, Jeff Healey, Toni Iommi, Joe Elliott, … Autant dire qu’avec de tels guests, le gite est plus que chaleureux. Un album d’autant bienvenu, qu’à l’époque, en province, ses disques se faisaient plutôt rares dans les bacs avant les rééditions qui suivirent. Venez le commenter sur facebook, ils en ont dit, entre autres choses : ”Un très bon album ” Philippe Leroy  

Ian GILLAN Live in Anaheim

En ce mois d’avril (jour non identifié) apparaissant dans les bacs, le très enthousiasmant et aussi vivement conseillé LIVE IN ANAHEIM (2008) enregistré le 14 septembre 2006, dans lequel IAN GILLAN nous fera le plaisir de dépoussiérer quelques classiques Pourpres oubliés, notamment l’énorme NOT RESPONSIBLE (mais pourquoi DP ne le joue-t-il pas !!! pourquoiiiiiiiii arrrghhh !!!??? ) et les flambloyants WASTED SUNSET et WHEN A BLINDMAN CRIES, au beau milieu des nombreux standarts ”solo”, parfois sous-estimés car dans l’ombre (à tort) du Pourpre : Bonne humeur assurée ! Venez le commenter sur la page facebook CD one “Second Sight” (Towns) “No Laughing in Heaven” (Gillan/McCoy/Torme/Towns/Underwood) “Into The Fire” (Blackmore/Gillan/Glover/Lord/Paice) “Hang Me Out To Dry” (Gillan/Morris/West) “Have Love Will Travel” (Berry) “Wasted Sunsets” (Blackmore/Gillan/Glover) “Not Responsible” (Blackmore/Gillan/Glover) “No Worries” (Gillan/Jackson) “Rivers of Chocolate” (aka “The G Jam”) (Jackson) “Unchain Your Brain” (Gillan/McCoy/Torme) CD two “Bluesy Blue Sea” (Gillan/Gers) “Moonshine” (Gillan/Morris/Buckle) “Texas State of Mind” (Jackson) “Sugar Plum” (Bloomfield/Gillan/Haze/Howard) “When A Blind Man Cries” (Blackmore/Gillan/Glover/Lord/Paice) “Men of War” (Gillan/McCoy) “Drum Solo” “Smoke on the Water” (Blackmore/Gillan/Glover/Lord/Paice) “Trouble” (Leiber/Stoller) “Knocking at Your Back Door” (Blackmore/Gillan/Glover)   Musiciens Ian Gillan – vocals, harmonica Michael Lee Jackson – guitar Dean […]