Ritchie BLACKMORE is RAINBOW

Bien avant que Tony Stark ne balance sur les grands écrans du vingt-et-unième siècle son fameux ”Je suis l’Homme de Fer”, Ritchie Blackmore, lui sera encore moins modeste avec son fameux ”je suis l’Arc-En-Ciel” (carrément!). En 75, Deep Purple arpente les routes mondiales avec le grupetto des ”maillots jaunes” affirmés de l’époque. Aussi, c’est au plus fort de sa renommée que le guitariste décide de sortir ce qui est censé être son premier album solo. Pour cela, il embauche le chanteur de ELF, remarqué en tournée quand ce groupe faisait les premières parties du Pourpre. Mais le chanteur négocie l’embauche de ses partenaires, à l’exception du guitariste bien entendu. Blackmore accepte, peu regardant et un peu paresseux pour chercher des musiciens pour ce qui était il y a encore quelques mois auparavant qu’un projet parallèle, une récréation à DP. Le meneur a déjà quasiment tout écrit, dont quelques titres proposés pour DP, mais refusés par les autres. Aussi, tout est prêt, il n’y a plus qu’à filer en studio pour tout enregistrer. Musicalement, on est loin du hard rock tellurique d’IN ROCK. On se situe plutôt vers une certaine décontraction à la WHO DO WE […]

Anniversaire Août

En complément ou comme trailer du livre, voici les chroniques anniversaire de la Deep Purple Family ; à retrouver et échanger aussi sur la page facebook. Vous pourrez y voir davantage de photos et autres échanges. Les mises à jour se font sur temps libre. C’est du bénévolat pour partager ensemble notre passion commune Pourpre. Si il manque un anniversaire, soit je n’ai pas eu le temps, soit je n’ai pas eu l’info. Difficile de connaître certains jours de sortie d’album avant les années 90. N’hésitez pas à me le communiquer par mail ou sur fb et à nous faire partager vos souvenirs et avis. Merci ***   7 août 1983 BLACK SABBATH Born Again avec Ian GILLAN lire la chronique 1991 Ian GILLAN Toolbox lire la chronique   2 août 1951 – Joe Lynn TURNER  Bon anniversaire en ce 2 août pour ce très bon chanteur de la Mark V, de Rainbow et de H.T.P, entre beaucoup d’autres projets de qualité ! Difficile de ne pas apprécier ses prestations vocales sur des titres comme I SURRENDER – CAN’T LET YOU GO – STREET OF DREAMS – FIRE IN THE BASEMENT – ON THE LEDGE […]

Chroniques sur le Livre

***    Chroniques *** Présentation dans le trimestriel Blues Magazine juillet – septembre 2019 n°93 ”… on comprend mieux avec le recul le parcours tumultueux du groupe … un livre de chevet ! ”   ” … on applaudit à quatre mains ce  travail de bénédictin passionné.” … ”Analyse très fine et précise par moment humoristique qui s’appuie sur un demi-siècle de coupures de Presse. … Un livre de chevet pour fan inconditionnel. Tout simplement, magique ! ” …   Retrouvez-les intégralement ci-dessous ; ainsi que les avis des lecteurs au livre en cliquant sur ce lien de la page ”Avis des lecteurs”   Seconde chronique sur le livre chez Rock Hard Magazine de ce mois de mars !      Yesss ! Super ému de voir mon livre dans ce mag référence, la bible du Classic Rock et du Hard Rock !  je ne trouve pas suffisamment de beaux mots, ni évidemment de mot laid ( ok vanne naze) pour traduire ce privilège En plus, la critique est hyper positive, une chronique que, vous vous doutez, j’ai dévoré toute Crüe ( ok vanne convenue) ! je vais même devoir acheter un second exemplaire pour […]

RAINBOW Down To Earth

Ce 28 juillet 1979 était publié le 5ème album de l’ARC EN CIEL et le seul avec Graham BONNET au micro : une magistrale transition entre la période DIO et celle qui va suivre avec TURNER. Commercial d’un côté avec les hits SINCE YOU’VE BEEN GONE et ALL NIGHT LONG tout en conservant un côté épique de la période précédente avec le magique EYES OF THE WORLD, le somptueux LOVE’S NO FRIEND, les groovy DANGER ZONE et MAKIN’LOVE, les telluriques LOST IN HOLLYWOOD ou NO TIME TO LOOSE, tous suvoltés par cette voix démentielle et sous-estimée du nouveau hurleur, non dénué de lyrisme : quel fabuleux chant sur LOVE’S NO FRIEND : frissons ! On pense souvent à GILLAN, DIO, et COVERDALE comme les top-chanteurs de l’époque et donc de la DPF, mais BONNET me semble injustement dévalué. J’oserai même croire qu’il aurait été le parfait remplaçant à Freddie MERCURY, avec de surcroît son look totalement décalé !? Il aurait marqué davantage les masses si il serait resté dans RAINBOW, même si son passage au sein du Mickaël SCHENKER GROUP fut évidemment remarquable. Notons aussi que les faces B, un autre titre commercial BAD GIRL […]

Ian GILLAN Naked Thunder

   En ce 16 juillet de 1990, était publié le réconfortant NAKED THUNDER. Adolescent, en 85-87, je découvrais DP avec MADE IN JAPAN et BURN ! A l’époque, on considérait les Live comme des Best Of et BURN était présenté comme le meilleur album hors Mk II ! Alors, je pensais, à tort, qu’en usant le MIJ et BURN sur ma platine, j’avais l’essentiel de DP. Faute de thunes et avide de découvertes musicales, j’investissais alors dans d’autres groupes, délaissant donc la discographie Pourpre. Puis en 90, en tombant sur les clips de NO GOOD LUCK, mais aussi de KING OF DREAMS, sorti la même année, je succombais aux charismes de la musique et des acteurs, que je découvrais au final pour la première fois en visuel ! Et oui, à l’époque avoir des images de concerts des groupes de Hard Rock à la télé française était une denrée rare et tout le monde n’avait pas de magnétoscopes pour les enregistrer quand la télé diffusait ces quelques clips fantômes dans la nuit ! Second coup de foudre donc ! Depuis ce jour, je ne pus me débarrasser de la Drogue Pourpre ! Intoxiqué à vie […]

Glenn HUGHES Play Me Out

18 juillet 1977 Glenn HUGHES Play Me Out Actualisons le bidule ! Du plus jeune au plus vieux, cet album pourrait être un de ceux de Justin TIMBERLAKE, JAMIROQUAI, Georges MICKAEL ou Stevie WONDER. Profitant d’une ”pause” du Pourpre, Glenn Hughes réalise son rêve d’une carrière solo qu’il aurait aimé avoir s’il ne s’était pas englué dans les substances maléfiques, à savoir oeuvrer dans la soul funk ! C’est simple : on ôte tout ce qui sonne rock ici ! exit les guitares de TRAPEZE et place aux cuivres et choeurs féminins pour baigner dans l’esprit Motown, voire Stax avec un zest de modernité de l’époque. De plus, le chanteur va se laisser à quelques imitations vocales de son idole qu’est le chanteur black aveugle. Quelque part, c’est bien dommage tant il est meilleur vocaliste. Heureusement, ces intonations nasillardes empruntées ne seront qu’épisodiques et sa suavité prend souvent le dessus. Alors ici, les fans de la Mark II qui ont pointé du doigt le chanteur bassiste comme principal coupable d’avoir dénaturé le son de DP avec STORMBRINGER et même la mort du groupe, qui à cette époque n’était pas officialisée, vont profiter de ce disque extra-terrestre, pour définitivement le juger […]

BLACK SABBATH Born Again avec Ian Gillan

 7 août 1983 Ce onzième album du Sab’ voit le départ de Ronnie James Dio et l’arrivée de Ian Gillan dans des circonstances vaporeuses. Ce nouveau bébé pourtant au look fort adéquat pour le genre musical et le groupe, fut conspué à sa sortie : d’abord pour un mixage peu professionnel, mais qui au final sonne bien pour les nostalgiques des craquements de vinyle et autres soufflements de K7 et surtout pour une fusion avec l’ex-chanteur de Deep Purple, considéré contre-nature. A l’époque, le fan de hard rock est plutot fidèle et goutte peu au changement des line-up qui l’ont fait rêver et pour lequel il s’est dévoué cornes et larmes. Je ne sais pas si le fan d’aujourd’hui est moins fidèle, plus ouvert d’esprit ou résigné (rayez vos mentions inutiles), mais on va dire qu’il s’est plus ou moins habitué à tous ces changements depuis, un peu comme les divorces familiaux devenus (trop?) courants désormais. Aussi, quand on connait la suite de l’histoire du Sab’, ses fans ne vont pas être au bout de leurs peines. J’en parle dans le livre. (qui a dit : quel livre?). Passons donc les débats passionnels de l’époque, et […]

IOMMI-HUGHES Fused

 11 juillet 2005  3ème album du duo et encore un grand moment ! Seul bémol à mon goût : une certaine linéarité des morceaux qui rend l’album un zest monotone à la longue ! Les trois bonus auraient pu changer cette impression. LET IT DOWN EASY, certes ”hard rock binaire convenu” détruit tout et aurait été un hymne évident en concert ; la ballade SLIP AWAY effectivement n’apporte rien de plus et valide son statut de bonus ; mais ce sera surtout l’incompréhensible absence de THE INNOCENCE qui choque tant le final vocal est d’une profondeur abyssale, sublime, déchirante, dont peu de chanteurs sont capables : frissons garantis ! Mais leur ambiance opposée à celles des autres titres auraient peut-être jurée (?), surtout pour le premier cité ! Du coup, j’interpréterai ce FUSED dans l’esprit d’un album concept. Quoiqu’il en soit comment ne pas être subjugué par GRACE, DEEP INSIDE IN SHELL, le sombre THE SPELL ou I GO INSANE dont le sublime riff-solo aurait mérité d’être doublé et finir en apothéose à l’instar du final de STARWAY TO HEAVEN … Comme souvent avec ces 2 là, on tutoie la magie mais ils ne vont […]